Archives pour 2020

Le panier du 17 septembre 2020

lundi 14 septembre 2020

 

Encore de la tomate et, si les courgettes se sont invitées la semaine dernière, je n’ose y croire cette semaine avec les nuits plus fraîches.

Les tomates sont le dernier bastion estival du panier et l’automne l’envahit avec ses poireaux et ses courges …

Et nous commençons la cueille des épinards pendant que le soleil brille encore !

 

 

2 kg tomates

1 carotte botte

0,5 kg épinards

1 part de courge

1 poireau

0,4 kg échalotes

La gazette du 14 septembre au 17 septembre 2020

lundi 14 septembre 2020

cueille courge chez SARL Renard, producteur de légumes bio, 78Le lapin blanc a pris tout notre temps pour courir loin devant nous. Pourtant, nous étions tous présents mais les légumes demandent encore plus. Peut-être que les débuts de la mâche et des oignons blancs n’ont pas arrangé les choses !

L’idée de récupérer les stolons des fraises du bas est toujours dans un coin de ma tête mais les minutes manquent. Prendre le temps de biner les épinards semble compromis (et ceux en serre promettent de belles feuilles pour dans 3 ou 4 semaines !). Et nous ne parlons même pas de cette envie farfelue de ramasser les fruits tombés (pommes, poires et quelques pêches sanguines). Le Grand Chef alterne entre ses patates et ses pommes. Bref, il adore nous voir au sol ou en l’air pour des pommes !

Heureusement, l’essentiel est fait (bon, nous avons un peu oublié de semer coriandre et cerfeuil pour cet hiver …) et nous jouons avec l’urgence. Faire trois caisses d’épinards et une caisse de haricots maintenant, y revenir dans l’après-midi pour finir le travail, histoire d’en avoir pour commencer la vente … La bonne nouvelle est que notre frigo est tout vide à l’issue du samedi, ce qui nous montre que notre travail est apprécié (et que nous pourrions même en faire un peu plus mais ça, c’est une autre histoire …).

Merveilleuse semaine …

Le panier du 10 septembre 2020

lundi 7 septembre 2020

 

Cette semaine, un panier extrêmement facile pour nous (à l’exception des haricots à écosser ou des épinards car nous ne savons pas ce qu’il y a précisément dans le champ) car le Grand Chef est en mode patate et déplore que nous n’ayons pas plus de bras accrochés à nos corps …

Donc un panier plutôt d’automne où les tomates sont encore présentes … Profitez, les nuits fraîches (en dessous de 10°C) repoussent l’été.

 

1 kg pommes de terre fermes

2 kg tomates

0,5 kg haricots à écosser ou

0,5 kg épinards

1 part de potimarron

1 salade

0,7 kg poireau

La gazette du 07 septembre au 10 septembre 2020

lundi 7 septembre 2020

matin à Noiremoutier par SARL Renard, maraîcher bio dans les Yvelines 78Je ne vous cacherai pas que je me suis esquivée trois jours pour profiter des derniers instants des vacances scolaires avec mes filles. Un petit périple en Vendée pour finir sur Noiremoutier-en-l’île. Je ne connaissais absolument pas mais j’avais en tête les fameuses pommes de terre. La traversée de l’île m’a intriguée avec ces terres de cultures enherbées et uniquement un maraîcher qui semblait vendre encore. La carte m’indiquait que nous étions à 15 min de la zone agricole donc, tout en profitant du lever du soleil, j’ai voulu me perdre au milieu des champs maraîchers.

Surprise ! De l’herbe, rien que de l’herbe … Je finis par tomber sur une personne et j’ai laissé ma curiosité parler. A mon grand étonnement, leurs cultures sont de décembre à juillet …

J’avoue, cela m’étonne un peu de savoir qu’ils ne poussent pas plus loin, entre les touristes qui seraient friands de produits locaux et leur manque d’autonomie légumière une grosse partie de l’année.

Cette réflexion vient du fait que nous avons de plus en plus de personnes qui nous rapportent ne pas trouver de producteurs et notre expérience tend à nous montrer qu’il faut maintenant cultiver un peu de tout et tout le temps, dans la mesure où le climat nous le permet …

Bref, je reste songeuse au fait que nos métiers se morcellent pour gagner, si ce n’est en productivité, au moins en efficience marge/gain de temps. Ce qui est, ne nous le cachons pas, le nerf de toute entreprise, si nous ne voulons pas passer notre vie à travailler (mot dont l’étymologie, rappelons-le, est tripalium qui signifie « souffrance » …).

Mais, en revenant ici, dans notre quotidien extraordinaire (ben oui, parce que je me suis fait la malle au moment le plus intense et Carlos a eu sa fille, bouleversant son rythme où nous le décollons à la spatule) ; en plongeant dans le retard pris … notre lapin blanc était loin devant et il a fallu apprendre à lâcher prise (malgré quelques déceptions car oui, nous n’avons fait ni fraises, ni radis roses, ni tous les épinards et laissé quelques pieds de haricots).

Et cette semaine, le mode patate est lancé. Donc, comme chaque année, nous avons des menaces du Grand Chef pour aller plus vite car, vous comprenez, en 1974, tout n’a pas pu être ramassé parce qu’il s’est mis à pleuvoir et si nous commençons trop tard, on n’y arrivera pas …

 

Merveilleuse semaine …

Le panier du 03 septembre 2020

lundi 31 août 2020

 

Encore plein de tomates, quelques courgettes et nous hésitons à lancer les courges …

Nous attendrons un peu pour le panais (d’ailleurs, au passage, certains me disent ne pas les aimer car il y a de l’amertume ; je précise que plus il attend dans le frigo plus l’amertume apparaît … donc débarassez vous immédiatement de ce légume détesté en le cuisinant le soir même !).

La patate fait son retour et des échalotes pour attaquer les plats en cocotte … parce qu’avec les jours gris ils nous font de l’oeil malgré les températures douces …

 

 

1 kg courgettes

1 oignon rouge

3 kg tomates

1 kg pommes de terre tendres

0,5 kg échalotes

1 bette ou 0,5 kg tétragones

1 salade

La gazette du 31 août au 03 septembre 2020

lundi 31 août 2020

Céline dans les écossés chez SARL Renard, producteur de légumes bio, 78La rentrée est à nos pieds et quelques légumes d’été décident de se faire la belle … comme les concombres. Après avoir débordé de générosité le mois dernier, il tire sa révérence. Nous attendons des bouderies des courgettes (encore que nous avons prévu la dose pour la dernière saison …) et nous réjouissons de constater que nos tomates ne font pas de mauvais esprit après avoir fait leur timide tout l’été. Nos bébés épinards sont en passe de devenir des pousses et pas sûr que nous ayons le temps d’exploiter cet état, faute de temps. Les haricots prennent le croquant des jours d’automne et remplissent moins vite nos paniers. Le Grand Chef commence à trépigner et, cela tombe bien, il ne remarquera peut-être pas que nous avons sous-estimé d’une à deux semaines la jointure entre nos saisons de carottes … car il nous l’avait bien dit. Remarquez, par esprit de contradiction, je pense que nos carottes toutes fines seront tout de même en bottes !

C’est aussi l’instant où nous essayons de faire un mini bilan : que devons-nous faire de plus ? Comment échelonner les semis pour avoir une continuité ? Comprendre que certains semis au 15 mars sont inutiles et qu’il y avait une raison si nous avions arrêté !

Et c’est aussi le moment de vous rabâcher (car vous oublierez vite) que cet hiver sera sans choux chez nous, leur taille étant tellement insignifiante que les probabilités pour qu’ils pomment sont quasi nulles (et là je ne parle que des choux verts et de quelques choux fleurs, le reste étant mort).

Un bel automne sous le signe du panais. Un été qui nous a réconciliés avec les melons (et oui, il faudra en planter beaucoup, beaucoup plus pour en avoir plus qu’un échantillon) et des heures où bichonner nos légumes sera notre objectif …

Merveilleuse semaine …

Le panier du 27 août 2020

mardi 25 août 2020

 

Automne, tu te profiles … Nos champs entrent en mode automne et ce panier sera dans les derniers à être très estival.

Introduction de l’oignon et de la betterave, petite pointe d’automne. Le reste est de l’été et profitez en !

 

0,3 kg betteraves

2 kg tomates

1,5 kg courgettes

0,5 kg oignons jaunes

1 poivron vert

1 part de pastèque

1 herbe

1 bette

1 salade

La gazette du 24 août au 27 août 2020

mardi 25 août 2020

couper les salades chez SARL Renard, maraîcher bio, yvelines 78Cette semaine est la dernière de calme avant le grand final 2020. Même si nous remarquons déjà les prémices des bonnes résolutions de la rentrée en voyant de nouvelles têtes.

Mais cette semaine est particulière car nous tentons de retenir l’indolence et, en même temps, l’excitation nous gagne. Car ne nous mentons pas, nous adorons cette période où le temps est compressé, où nous n’en avons pas, où nous courons partout pour tout boucler mais où vous êtes tous présents !

Nous n’en pourrons plus des haricots, essaierons de ne pas voir les fraises, trouverons les tomates trop nombreuses et oublierons l’herbe.

Mais cette semaine, il reste quelques préparatifs : planter le persil, arracher quelques herbes, couvrir nos navets (au cas où).

Cette semaine, nous aurons encore le temps de savoir dans quel ordre nos melons sont plantés et peut-être de récupérer quelques stolons de cette variété de remontantes que nous n’avons pas réussi à avoir cette année. Il y a les idées qui trottent dans notre tête pour tout organiser : cueillir les pommes pour faire le jus de pomme, empêcher la montée d’adrénaline du Grand Chef qui est en mode post-patate.

Bref, cette semaine est une semaine d’agitation. Un peu comme une pré-rentrée … et si nous couinerons dans moins d’un mois, cela fait du bien  de retrouver le grand bain !

Merveilleuse semaine …

Le panier du 20 août 2020

mardi 18 août 2020

Nous passons le 15 août et, même si nous adorons l’été, l’automne n’est pas loin. Pas encore dans les paniers mais il est vrai que les tomates n’ayant pas eu un rendement de folie cette année, et les aubergines ne voulant rien savoir, les potimarrons bien rouges nous font de l’oeil …

Il n’y en aura pas tout de suite mais profitez bien des courgettes et des tomates, septembre risque de voir disparaître l’été rapidement ! (notez que le fenouil arrive déjà …).

 

0,4 kg fenouil

1,5 kg courgettes

1 concombre

0,4 kg échalotes

2 kg tomates

1 salade

1 herbe

0,7 kg tétragones

La gazette du 17 août au 20 août 2020

mardi 18 août 2020

préparation SARL Renard, maraîcher bio, Yvelines 78Cette semaine, nous avons notre deuxième livraison de tomates pour les coulis, une visite de la chambre d’agriculture pour regarder nos chiffres de culture (temps de travail, rendement, etc …) et nous nous replongeons dans la préparation de la rentrée.

Car après vos vacances, vous serez nombreux à vouloir des légumes. Donc en plus des légumes d’été, l’automne s’invitera : courges, céleris et poireaux commenceront. Et vous arrêterez de bouder nos bettes (car oui, en ce moment, les poules les apprécient plus que vous, alors qu’elles sont au mieux de leur croissance et bientôt ne pousseront plus alors que vous vous battrez pour en avoir une botte rikiki … mais c’est une autre histoire !).

Dans exactement 15 jours, la folie de la rentrée reprendra tout le monde et nous préparerons à tour de bras. Nous n’aurons plus le temps de toucher une binette et le Grand Chef nous pourchassera pour arracher ses pommes de terre.

Nous en avons tous conscience dans les champs et espérons cette effervescence, même si le rythme aoûtien nous fait apprécier quelques heures creuses en nous disant : « aujourd’hui peut-être ou alors demain … ». Bien que Carlos soit toujours au taquet (et nous déprime parfois dans sa volonté de ne rien lâcher, parce que nous, oui, nous prendrions bien ces quelques heures pour flâner même s’il reste ces quelques herbes à arracher…).

Mais dans 15 jours, il n’en sera plus question. Il faudra aller vite, vite. Penser à tout. Ou à rien. Sourire de retrouver l’ambiance de reprise. Hurler de voir la liste s’allonger. Nous maudire d’avoir rajouté des melons et des oignons blancs au planning (heureusement, Baccary est en plus cette année !).

Et pour le moment, nous réfléchissons à l’endroit où sera planté le persil (serre verre ou plastique pour cet hiver), au fait que nos graines de salades ne sont pas encore arrivées (pour cet automne), à prier pour que les navets et radis noirs ne soient pas dévorés (par les altises), au plan B de 2021 si les altises sont toujours aussi présentes et menacent nos crucifères (ben, nous essaierons encore la patate douce, donc si l’été 2021 est pourri, vous saurez que nos désirs de patates douces provoquent un été 2012 ou 2016), et trions nos voiles car il faudra bien finir par semer nos navets. Car nous ne nous avouons pas vaincus ! Ce n’est pas parce que nous n’aurons ni choux de Bruxelles, ni Kales, ni choux rouges et peut-être quatre choux blancs que nous laisserons ces vilaines bêtes dévorer nos navets sans rien faire (honnêtement, nous espérons plus en la baisse des températures qu’en notre voile).

Merveilleuse semaine …