Archives pour la catégorie ‘Dans les champs – la gazette de Céline’

La gazette du 16 au 20 mai 2022

samedi 14 mai 2022

Laure aux fraisesNous complétons notre gamme à Rungis. Et si vous vous demandez pourquoi, c’est tout simple, parce que si nous venions de nous installer en maraîchage, notre choix stratégique serait différent aujourd’hui. L’air du temps nous aurait fait mélanger bio et pas bio en produits locaux, plutôt que toute la gamme en bio. Mais voilà, 50 ans que nous sommes en bio et que, dans les années 1990, quand le bio n’était pas à la mode (mais plutôt honteux), nos clients nous demandaient de tout faire pour ne pas avoir à courir dans les maisons diététiques peu nombreuses pour avoir tout en bio. C’est ainsi que l’aventure à commencé…

Et maintenant, si nous ne nous voyons pas produire moins (parce que nous savons que la serre qui trotte dans notre esprit ne sera pas vide…), cela pallie aux humeurs de nos légumes (en plus de nous faire rencontrer de merveilleuses personnes qui s’occupent de nous).

Petite anecdote de la semaine : les fraises en extérieur commençaient à rougir et beaucoup d’espoir était en elles. Mardi matin, j’envoie donc à Jordane un message pour qu’il annule mon complément en fraises pour fin de semaine, avant de commencer notre cueille. A la fin de la matinée, je lui renvoie un message pour garder ce que j’ai commandé parce qu’elles brisaient les rêves que nous avions mis en elle (au final, elles boudaient en fin de semaine et nous remercions d’autres producteurs de leur travail !).

Tout ça pour dire que nous ne sommes jamais sûrs de ce que nous aurons. Certaines périodes sont parfois pauvres en diversité. D’autres lassantes. Et beaucoup trop courtes pour satisfaire notre soif de légumes estivaux qui disparaissent aux nuits fraîches…

Et cette année, alors que nous sommes en pleine période creuse, nous sommes fiers de nous. Nous commençons à maitriser le désaisonnage de légumes (merci les serres et le réchauffement, parce qu’il ne faut pas se leurrer…) et, petit à petit, une gamme assez complète « à nous » fait le tour du cadran avec quelques bijoux où l’on s’exclame : « c’est nous qui l’ont fait ! ».

Si, si… comme si nous avions un bar tabac…

La gazette du 09 au 13 mai 2022

lundi 9 mai 2022

arrosage chez SARL Renard, maraîcher bio, 78Voilà maintenant quelques années que nous fonctionnons avec la même équipe. Et qu’au final nous ne nous retrouvons que peu tous ensemble, chacun ayant son petit domaine de prédilection.

Pour une fois, nous étions presque tous à cueillir les fraises, ce qui est ma tâche du mardi et du vendredi, et discutions de ce que nous aimons, ou pas, faire dans les champs… Donc, à part Bacary qui était ravi de mang… enfin de cueillir les fraises, tous bottaient en touche. Nelson préférant, et de loin, biner et attacher les tomates. Carlos esquissant son petit sourire en coin.

N’empêche, à nous tous, chaque tâche trouve un chouchou. Et les tomates sont attachées, les céleris raves sont repiqués, le basilic planté… et nous ne savons pas encore où planter les poivrons, aubergines (mais nous avons l’option : il nous reste une semaine pour trouver).

Et déjà un ciel sans pluie, bien que nous soupçonnions la nature d’attendre notre semis de betterave pour lâcher toute l’eau de ses nuages et faire dévaler nos graines au bout de leur rang. Alors nous sortons les gicleurs pour pallier au caprice de la nature et aux exigences de nos bébés.

Nous pourrions aussi attendre mais j’ai comme la sensation que le rendu n’est pas le même…

 

Belle semaine à tous !

La gazette du 02 au 06 mai 2022

lundi 2 mai 2022

repiquage serre à plants, maraîcher bio SARL Renard, 78Chaque année est la même. La place manque. Les légumes trop nombreux et non disciplinés sur leur pousse (parce que, si on prévoit de semaine 1 à semaine 16, ce n’est pas pour déborder et laisser râler les suivants !). Parce que, oui, nous plantons dans tous les recoins en tenant compte des impératifs d’espacement entre les plants, ainsi que de leur résistance aux nuits fraîches et de nos bâches. Parce que le papier ne refuse pas l’encre et que nos bébés n’en font qu’à leurs têtes.

Alors une serre de plus ne serait pas de trop… Parce qu’on a aussi l’idée de faire des saisons de fenouils en plus et peut-être des herbes pour l’hiver. Parce que, si les printemps ne sont pas plus chauds et la lumière pas plus présente, excluant un avancement des tomates, les hivers doux offrent un peu plus de verdure pour chasser la monotonie des poireaux, carottes, pommes de terre…

Bref, les salades prennent trop de place en ce moment et les tomates ne veulent plus attendre.

Heureusement, l’extérieur est moins compliqué à dompter, même si certaines nuits nous chuchotent la patience…

La gazette du 25 au 29 avril 2022

lundi 25 avril 2022

cueillir les fraises chez SARL renard, producteur de légumes bio yvelines 78En deux jours, il y avait le Coucou qui chantait à tue-tête avec les grenouilles, les hirondelles qui envahissaient le hangar et la première fraise… La saison est donc lancée. Et, si nous repiquons les céleris raves pour l’hiver prochain, c’est avec délice que nous écartons les escargots pour faire nos bottes de navets.

En extérieur, les premiers haricots sont en place, avec un petit voile pour les petits matins frais (eh oui, certains légumes veulent bien plus haut que le hors gel !) comme les petits pois (encore que c’est plutôt pour échapper à la voracité des pigeons…). Les premiers choux pointus sont cueillis, ainsi que le premier chou fleur, sauf que, surprise, c’est un romanesco : il semblerait que je me sois trompée dans le choix de la variété ! Nos carottes sont moins hâtives qu’en 2021 mais nous nous consolons avec le fenouil (qui a tout de même mis 7 mois à grossir !) et des bébés choux raves.

Sans oublier les courgettes qui sont plantées et la farandole de repiquage habituel à cette saison…

Belle semaine !

La gazette du 11 au 15 avril 2022

dimanche 10 avril 2022

plants de tomateC’est en regardant le pommier en fleurs sous la neige que nous nous sommes dit que c’est vraiment du grand n’importe quoi cette année (souvenez-vous, c’était la tendance pressentie en janvier !!!).

Donc nous venions de découvrir nos premières salades de plein champ pour planter leurs copines à côté et l’apocalypse débarque (avec une météo qui annonce jusqu’à -3°C selon les applis). Alors nous décidons de jouer. De toutes façons, le voile pèse le poids d’un âne mort tellement il est mouillé et ferait autant de mal à nos petites salades pas encore enracinées que le vilain froid. Alors nous nous économisons et nous jouons…

Il y a nos Précieuses (tomates) qui attendent gentiment la plantation cette semaine. Et, quand nous regardons dehors, nous ne savons plus si vraiment nous avons envie de les planter maintenant ou pas…

Et, si c’est le moment de semer melons et pastèques, nous nous sentons plus proches des choux (saison 2022/2023 en terre) que de la chaleur estivale. Certes, le moment d’offrir nos épaules au soleil ne tardera pas, nos bébés courgettes seront plantés et c’est avec délice que nous croquons les premiers légumes primeurs, mais nous remarquons que, si l’année dernière nous étions à 1 semaine de croquer dans les carottes, nous en sommes plutôt à 1 mois cette année… Bref, elles se suivent mais ne se ressemblent pas.

Alors c’est en écharpe et anorak que nous récoltons les quelques branches de rhubarbe et la ciboulette qui aime nos hivers doux, avant d’enlever nos couches d’oignon pour cueillir les épinards.

Le repiquage est l’activité sympa de cette période… et peut-être qu’il y a des moments où nos plants ne mériteraient pas autant d’attention de ma part. Mais chutttt…

Belle semaine à tous !

La gazette du 04 au 08 avril 2022

mardi 5 avril 2022

ciboulette mars SARL Renard, maraîcher bio, 78Passer du débardeur à la doudoune en 3 jours est aussi violent pour nous que pour nos légumes (qui, eux, n’ont qu’au mieux un petit voile pour les protéger)…

C’est donc en urgence que nous avons couvert les salades (oui, oui, les premières qui viennent d’être plantées en plein champ car la serre sera trop chaude pour elles…), une partie des pommes de terre puisque leur feuillage se hisse hors des buttes (et que nous avons omis quelques portes à quelques serres), et décidons de prier pour les fraisiers sous le tunnel (ils n’avaient pas aimé le  -6°C de fin mars 2021). Heureusement tout se passe dans notre serre à plants pour le moment et, après avoir éliminé les guêpes venues faire leur nid dans le moteur de notre chaudière, elle est à nouveau hors-gel pour nos tomates.

Moralité, les fraisiers à planter sont encore au frigo, attendant plus de raison de la Nature. Peut-être que la rhubarbe devra repartir du début (bon, nous avons tout de même prélevé les plus grandes tiges) et que nous nous trouverons plein de p’tits boulots sympas dans les serres, fermées aux quatre vents pour préserver la chaleur (dire que je passais pas loin d’une heure à ouvrir et fermer toutes les serres depuis 15 jours !!!). Épinards et radis occuperont notre quotidien. Et si les semis de bette, céleri rave, céleri branche, chou rave n’émergent pas encore, la saison du repiquage ne tardera plus.

Et nouvelle très importante : les pommes de terre 2022 sont intégralement plantées sans un grinchichouilli du Grand Chef (je crois qu’il se fait une raison en vieillissant de constater que sa passion n’est pas communicative et que l’approche d’avril sans une pomme de terre en son sol ne nous stresse pas plus que ça…).

Donc, si les navets primeurs seront sur nos étals la semaine prochaine, la saison reste timide. Le -4°C annoncé me fait revoir mes rêves de prune à la baisse avec l’envie de m’enrouler autour d’un feu de cheminée plutôt que de tracer les sillons pour semer le plant de choux parce que, oui, il est déjà l’heure de penser à l’hiver prochain alors que le printemps prend encore les couleurs du dernier…

Belle semaine à tous !

La gazette du 21 au 25 mars 2022

dimanche 20 mars 2022

trieuse à pdt chez SARL Renard, maraîcher bio, 78Nous revenons à nos habitudes (encore que, cette année, elles semblent se faire bousculer) et à notre planning. Enfin presque, déjà parce que la gouttière qui fuyait a créé une infiltration dans la serre où nous voulions planter le persil. Donc changement de programme, sans oublier les emplacements (précieux) pour nos tomates… Nous marions betterave et persil, glissons dans leur lit nuptial quelques herbes qui trainaient. Les bébés tétragones qui sont partis pour coloniser les radis sont délicatement prélevés (à coups de pelle) d’une partie de leur population pour notre prochaine saison. Et Olivier qui revient avec son histoire de gouttière qu’il a réparée mais en pire car, en la remettant dans son axe, cela donne encore plus d’eau dans la serre (la pluie nous permet de constater l’intelligence de nos idées) et, qu’en plus, il se pourrait qu’il ait accroché un tuyau avec la herse… Bref, un petit geyser vit dans notre serre. La bonne nouvelle est que, avec un persil déplacé, son utilité pour nos jeunes plants est repoussée et permet à nos cerveaux d’envisager la meilleure solution à long terme. Et d’entrevoir la solution avec une tranchée qui donnerait directement sur le fossé. Bref, affaire à suivre…

Il y a aussi l’atelier installation de la trieuse. Après avoir refait le treillage à coup de ficelles, il a été convenu d’utiliser le bout tout neuf que nous n’avions pas pris le temps d’adapter. Mais, vous vous en douterez, après deux années à prendre la poussière, le moteur n’a pas survécu au (re)démarrage. La première idée était un fusible puisqu’elle s’arrêtait toutes les 30 s. Une fois modifiée, elle s’arrêtait toutes les 2 min. . Soit un gain de temps multiplié par 4. Donc petite toile de jute pour amortir les patates, nouveau bobinage pour son moteur, changement de la trappe pour remplir les caisses et nous avons tout pour bichonner la prunelle des yeux du Grand Chef.

Et Carlos. Nous ne pouvons pas l’ignorer. A peine ses petits petons posés sur le sol des champs, il en faisait le tour, cherchant où il pourrait être utile sans forcer sur son petit sternum. Il a donc changé filtre à huile et autres bricoles, continuant sur les courgettes à semer. Bref, pas encore en mesure de jouer à Musclor, mais trépignant d’impatience devant son arbre de Noël…

Bref, tout va bien…

La gazette du 07 au 11 mars 2022

dimanche 6 mars 2022

MLComme nous étions trop bien, que le printemps semble rouler, même si les bettes rechignent à pousser, parce qu’en comparant sur les dernières années, nous constatons une avance notable des légumes feuilles. Bref, malgré Carlos à l’hôpital, les cultures étaient sous contrôle et notre temps géré…

Mais mercredi matin, alors que je traversais au passage piétons (chose que je fais rarement à cet endroit de Maisons-Laffitte), une voiture m’a bousculée et sa roue s’est immobilisée sur mon pied. J’ai eu le droit aux pompiers, aux Urgences, à une radio, à un scanner, à appeler Laure, mon père, le p’tit jeune qui était seul sur le stand du marché… et j’ai RIEN. Enfin juste un pied enflé et des bleus, ainsi que le droit de faire ma Princesse Agonisante quelques jours. Peut-être la baguette magique qu’une petite fille avait abandonnée sur un banc près des Urgences…

Bref, l’Univers a conspiré dans la frayeur sans gravité. Pour nous désorganiser encore une fois mais, avouons, nous maîtrisons l’adaptation aux aléas extérieurs. Et, clairement, nous avons une équipe de tueurs-qui-déchirent dans les champs ! La seule chose du planning qui n’a pas été réalisée est le repiquage des fleurs.

Et la semaine n’était pas partie sous de bons augures : les gouttes commençaient à tomber quand nous mettions le premier petit pois en terre quand notre fenêtre de semis n’était que d’une journée. Donc petits pois et fèves : semés dehors. Tomate : repiquée. Navet, fenouil, chou rave : semés en cube. Chou pointu, fenouil, chou rave : plantés en serre. Cette semaine, il y aura une montagne d’épinards à cueillir ; bettes, betteraves et persil à planter ; des radis roses à semer. Et surtout un petit atelier rangement/organisation de bâches car, si elles murmurent à l’oreille de Carlos, Olivier n’entend rien et ce n’est pas en mouillant son doigt pour voir le sens du vent qu’il les trouve… Donc atelier pliage avec élaboration d’un code pour le genre de bâche avec initiale du légume, le nombre de trous sur la largeur et sa longueur en mètre pour savoir dans quelle serre l’utiliser. C’est sûr, il aurait été plus facile de faire toutes les serres aux mêmes dimensions… mais, pour cela, il aurait fallu y penser il y a 30 ans. Comme quoi, ce n’était pas toujours mieux avant… parce que s’ils avaient réfléchi… enfin, j’dis ça, j’dis rien…

 

Belle semaine à tous !

La gazette du 28 février au 04 mars 2022

dimanche 27 février 2022

semis, SARL Renard producteur de légumes bio, 78Pendant que le chat (Carlos) se remet, les souris (la bande de petits fourbes que nous sommes) s’organisent…

Donc il y a les motteuses à descendre parce que, à monter le terreau qui est séquestré par des bigbags d’engrais (30min d’escalade) pour en faire des cubes et ensuite ramener les caisses à leur base pour le repiquage, nous avons un problème d’efficience. Certes, si nous avons la prise et l’eau, il nous manque tout de même la place pour les ranger. Mais nous trouverons… parce qu’ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !

Et toute cette opération pour nos Précieuses…

Il y a la rhubarbe à désherber (et peut-être le rang d’herbe aromatique à côté) pour être tranquille.

Les garçons envisagent de classer les bâches pour les serres, histoire de ne plus jouer à plouf-plouf-ce-sera-toi-qui-sera-dans-cette-serre. Mais grands adeptes du poser-c’est-ranger, cela tiendra-t-il ?

Exploitation de mineures pour leur montrer que le père noël, malgré nos allégations les 6 premières années de leurs vies, n’existe vraiment pas et que l’huile de coude est ce qu’on a fait de mieux ces derniers siècles (après le livre « la semaine de 4h »).

Une journée à sentir la mer et le vent (parce qu’il faut bien une carotte pour finir de les désherber).

Toujours notre jeu de Tétris pour les légumes de printemps… et, malgré l’oubli d’une nouvelle serre, il faudra peut-être se pencher sur le projet.

Ouvrir le planning et constater que l’hiver part, et commencer aussi la saison en extérieur.

La roue tourne et, s’il n’est pas question de la ralentir, bientôt nous préfèrerons savourer le soleil sur nos peaux en fermant nos oreilles au doux chant du travail…

Belle semaine à tous !

La gazette du 21 février au 25 février 2022

mardi 22 février 2022

semis tomate chez Sarl Renard, maraîcher bio, 78Les tomates poussent déjà le terreau au-dessus de leurs têtes. Nous hésitions à semer à nouveau des épinards en serre mais les températures douces incitent notre carré en cours à s’élever un peu trop pour être honnête dans la montaison. Donc, comme il n’y avait pas de place prévue et que la mâche n’a pas suivi le planning papier, nous devons pousser les radis 4 et 5 pour y mettre épinards, navets et diverses herbes. Nous gardons la place pour les courgettes d’avril, réservons nos trois carrés pour les tomates, ne savons pas où seront les radis 3, 4 et 5, et ne perdons pas de vue que fenouils et choux raves iront avec les carottes que nous désherbons avec amour.

Donc, comme chaque année, la partie de Tétris est engagée. Tout trouvera une place mais pas forcément selon l’idéal du planning, puisque chaque légume n’en fait qu’à sa tête.

En attendant, les premiers petits pois sont semés en serre. Nous avions tenté les fèves mais elles ont disparu du sol… Nous cherchons aussi les jeunes plants de tétragone pour les repiquer car, maintenant que nous avons compris qu’ils lèvent beaucoup mieux spontanément qu’avec les graines qu’on s’obstinait à acheter, nous ne nous prenons plus la tête et patientons devant le miracle de la nature.

Et c’est avec plaisir que nous retrouvons Nelson et Bacary dans les champs pour cette nouvelle saison pendant que Carlos reprend des forces suite à son opération.

Donc, malgré la désorganisation et les imprévus, notre planning est le bienvenu pour garder le Nord à défaut de le suivre scrupuleusement…

Belle semaine à tous !