Archives pour la catégorie ‘Dans les champs – la gazette de Céline’

La gazette du 20 juin au 24 juin 2022

lundi 20 juin 2022

La chaleur nous a bien écrasés la semaine dernière (et nous sommes à deux doigts de ressortir la doudoune) et nous a bien rendus tous mous… mais la fraîcheur nous remet dans le droit chemin.

Toujours pas de rougeur sur nos tomates. Les poireaux ont été plantés sous un soleil de plomb (et copieusement arrosés vu leur « mollitude »), même s’ils nous amènent à penser aux journées froides de l’hiver prochain. L’eau a coulé doucement entre nos rangs de rhubarbe assoiffée. Les concombres ont droit à un bassinage régulier pour maintenir les bébés qui pointent le bout de leur nez. Les aubergines sont propres et les poivrons n’en font qu’à leur tête. L’été a semblé s’installer et faire demi-tour aujourd’hui. Les courgettes sont au top, voire un peu trop pour qu’on les suive. Et, cette semaine, il n’y a plus qu’à tailler les tomates, repiquer des semis, planter les oignons blancs pour septembre… et attendre la première rougeur sur nos tomates.

Belle semaine !

La gazette du 13 juin au 17 juin 2022

dimanche 12 juin 2022

A force de voir les nuages uniquement sur les cartes météo, nous avions cru à une boutade… Alors, après avoir profité de son jour férié, Carlos a préparé le sol pour le semis de carottes automnales. C’est donc avec dépit que le bruit de la pluie a été accueilli dans nos lits.

Mais, comme il y a pagaille d’herbes et de tomates à tailler, nous étions loin d’être au chômage…

Nous observons de petits foyers de pucerons : dans les prochains haricots, sur un pied de courgette, en dessous de nos feuilles tendres d’épinard. Et quelques altises dévoreuses de crucifères (bon, si nous en avons moins que l’année dernière, tout de même 10 000).

Nous affinons aussi notre planning. A force de noter, nous enlevons des blettes par ici, mettons du céleri branche par là, hésitons pour les potimarrons. Au final, il y a plein de bébés légumes partout et de quoi occuper même nos rêves…

 

Belle semaine à tous !

La gazette du 06 juin au 10 juin 2022

lundi 6 juin 2022

C’était la semaine du petit pois. Déjà, nous sommes dépités de constater que la même variété en plein champ est plus petite qu’en serre. Nos cerveaux calculent le nombre d’heures qu’il nous faudra passer à leur chevet. Surtout qu’avec le temps ils viennent groupés et au compte-gouttes, comme dans la serre où nous avons eu trois semaines de bonheur. Reconnaissons l’avantage : nous arrachons tout sur notre passage (et notre dos nous remercie, enfin celui des novices…).

Il y a les fraises aussi. Les plants de cette année sont magnifiques et nous donnent la satisfaction de pouvoir donner de notre personne pour les goûter, parce qu’il s’agit de ne garder que les meilleures (pour nous). Nous gardons la ciflorette (ma chouchoute) et un beau plus pour la cireine (sucrée, mais surtout, avec quatre fraises, la barquette déborde). Bref, nous prenons notre métier très à cœur et n’hésitons pas à tester très, très régulièrement leur saveur…

Les melons font une drôle de tête. Les aubergines aussi. Nos concombres se parent de jolies fleurs (les bébés ne sont pas loin !!!). Les courgettes prennent leur rythme de croisière. Et nos tomates, bien que vertes, sont de jolies tailles.

En somme, la saison est fort belle. Nous ne boudons pas notre plaisir et, si ce n’est le persil qui fait du mauvais esprit (mais pourquoi est-il si moche ?!!!!), nos bébés sont dociles et obéissants…

 

Belle semaine à tous !

La gazette du 30 mai au 03 juin 2022

dimanche 29 mai 2022

Carlos et Olivier chez SARL Renard, légumes bio 78Il fallait planter les choux. Mais voilà, visite scolaire le lundi. Et tout le quotidien le reste du temps, sans oublier le jour férié.

Mais, à cœur vaillant, rien d’impossible. Alors nous l’avons fait. Et les premiers haricots étaient à cueillir. Et toujours les petits pois. Heureusement, les épinards ont déclaré forfait. Mais Laure a tout de même caressé les haricots jusqu’à 21h mardi.

Et Carlos murmure : « je commencerai à planter les céleris raves, ils sont grands… ».

Donc il y a eu jeudi. Une journée normale pour quelques uns d’entre nous. Et nous étions à l’heure en nous offrant même le luxe de planter les salades. Petits pois, haricots, carottes, pommes de terre, etc… ornaient notre frigo. Seules les fraises attendaient nos mains. Très vite, je reviens de Rungis, enlève mes talons pour courir les cueillir pendant que Carlos prépare pour les céleris.

Et vous savez quoi ? Son petit sourire en coin calé, il n’a pas fait que commencer, il a tout planté.

Maintenant, il regarde les patates douces dans la serre et leur murmure à l’oreille qu’elles seront les prochaines à recevoir son attention…

 

Belle semaine à tous !

La gazette du 16 au 20 mai 2022

samedi 14 mai 2022

Laure aux fraisesNous complétons notre gamme à Rungis. Et si vous vous demandez pourquoi, c’est tout simple, parce que si nous venions de nous installer en maraîchage, notre choix stratégique serait différent aujourd’hui. L’air du temps nous aurait fait mélanger bio et pas bio en produits locaux, plutôt que toute la gamme en bio. Mais voilà, 50 ans que nous sommes en bio et que, dans les années 1990, quand le bio n’était pas à la mode (mais plutôt honteux), nos clients nous demandaient de tout faire pour ne pas avoir à courir dans les maisons diététiques peu nombreuses pour avoir tout en bio. C’est ainsi que l’aventure à commencé…

Et maintenant, si nous ne nous voyons pas produire moins (parce que nous savons que la serre qui trotte dans notre esprit ne sera pas vide…), cela pallie aux humeurs de nos légumes (en plus de nous faire rencontrer de merveilleuses personnes qui s’occupent de nous).

Petite anecdote de la semaine : les fraises en extérieur commençaient à rougir et beaucoup d’espoir était en elles. Mardi matin, j’envoie donc à Jordane un message pour qu’il annule mon complément en fraises pour fin de semaine, avant de commencer notre cueille. A la fin de la matinée, je lui renvoie un message pour garder ce que j’ai commandé parce qu’elles brisaient les rêves que nous avions mis en elle (au final, elles boudaient en fin de semaine et nous remercions d’autres producteurs de leur travail !).

Tout ça pour dire que nous ne sommes jamais sûrs de ce que nous aurons. Certaines périodes sont parfois pauvres en diversité. D’autres lassantes. Et beaucoup trop courtes pour satisfaire notre soif de légumes estivaux qui disparaissent aux nuits fraîches…

Et cette année, alors que nous sommes en pleine période creuse, nous sommes fiers de nous. Nous commençons à maitriser le désaisonnage de légumes (merci les serres et le réchauffement, parce qu’il ne faut pas se leurrer…) et, petit à petit, une gamme assez complète « à nous » fait le tour du cadran avec quelques bijoux où l’on s’exclame : « c’est nous qui l’ont fait ! ».

Si, si… comme si nous avions un bar tabac…

La gazette du 09 au 13 mai 2022

lundi 9 mai 2022

arrosage chez SARL Renard, maraîcher bio, 78Voilà maintenant quelques années que nous fonctionnons avec la même équipe. Et qu’au final nous ne nous retrouvons que peu tous ensemble, chacun ayant son petit domaine de prédilection.

Pour une fois, nous étions presque tous à cueillir les fraises, ce qui est ma tâche du mardi et du vendredi, et discutions de ce que nous aimons, ou pas, faire dans les champs… Donc, à part Bacary qui était ravi de mang… enfin de cueillir les fraises, tous bottaient en touche. Nelson préférant, et de loin, biner et attacher les tomates. Carlos esquissant son petit sourire en coin.

N’empêche, à nous tous, chaque tâche trouve un chouchou. Et les tomates sont attachées, les céleris raves sont repiqués, le basilic planté… et nous ne savons pas encore où planter les poivrons, aubergines (mais nous avons l’option : il nous reste une semaine pour trouver).

Et déjà un ciel sans pluie, bien que nous soupçonnions la nature d’attendre notre semis de betterave pour lâcher toute l’eau de ses nuages et faire dévaler nos graines au bout de leur rang. Alors nous sortons les gicleurs pour pallier au caprice de la nature et aux exigences de nos bébés.

Nous pourrions aussi attendre mais j’ai comme la sensation que le rendu n’est pas le même…

 

Belle semaine à tous !

La gazette du 02 au 06 mai 2022

lundi 2 mai 2022

repiquage serre à plants, maraîcher bio SARL Renard, 78Chaque année est la même. La place manque. Les légumes trop nombreux et non disciplinés sur leur pousse (parce que, si on prévoit de semaine 1 à semaine 16, ce n’est pas pour déborder et laisser râler les suivants !). Parce que, oui, nous plantons dans tous les recoins en tenant compte des impératifs d’espacement entre les plants, ainsi que de leur résistance aux nuits fraîches et de nos bâches. Parce que le papier ne refuse pas l’encre et que nos bébés n’en font qu’à leurs têtes.

Alors une serre de plus ne serait pas de trop… Parce qu’on a aussi l’idée de faire des saisons de fenouils en plus et peut-être des herbes pour l’hiver. Parce que, si les printemps ne sont pas plus chauds et la lumière pas plus présente, excluant un avancement des tomates, les hivers doux offrent un peu plus de verdure pour chasser la monotonie des poireaux, carottes, pommes de terre…

Bref, les salades prennent trop de place en ce moment et les tomates ne veulent plus attendre.

Heureusement, l’extérieur est moins compliqué à dompter, même si certaines nuits nous chuchotent la patience…

La gazette du 25 au 29 avril 2022

lundi 25 avril 2022

cueillir les fraises chez SARL renard, producteur de légumes bio yvelines 78En deux jours, il y avait le Coucou qui chantait à tue-tête avec les grenouilles, les hirondelles qui envahissaient le hangar et la première fraise… La saison est donc lancée. Et, si nous repiquons les céleris raves pour l’hiver prochain, c’est avec délice que nous écartons les escargots pour faire nos bottes de navets.

En extérieur, les premiers haricots sont en place, avec un petit voile pour les petits matins frais (eh oui, certains légumes veulent bien plus haut que le hors gel !) comme les petits pois (encore que c’est plutôt pour échapper à la voracité des pigeons…). Les premiers choux pointus sont cueillis, ainsi que le premier chou fleur, sauf que, surprise, c’est un romanesco : il semblerait que je me sois trompée dans le choix de la variété ! Nos carottes sont moins hâtives qu’en 2021 mais nous nous consolons avec le fenouil (qui a tout de même mis 7 mois à grossir !) et des bébés choux raves.

Sans oublier les courgettes qui sont plantées et la farandole de repiquage habituel à cette saison…

Belle semaine !

La gazette du 11 au 15 avril 2022

dimanche 10 avril 2022

plants de tomateC’est en regardant le pommier en fleurs sous la neige que nous nous sommes dit que c’est vraiment du grand n’importe quoi cette année (souvenez-vous, c’était la tendance pressentie en janvier !!!).

Donc nous venions de découvrir nos premières salades de plein champ pour planter leurs copines à côté et l’apocalypse débarque (avec une météo qui annonce jusqu’à -3°C selon les applis). Alors nous décidons de jouer. De toutes façons, le voile pèse le poids d’un âne mort tellement il est mouillé et ferait autant de mal à nos petites salades pas encore enracinées que le vilain froid. Alors nous nous économisons et nous jouons…

Il y a nos Précieuses (tomates) qui attendent gentiment la plantation cette semaine. Et, quand nous regardons dehors, nous ne savons plus si vraiment nous avons envie de les planter maintenant ou pas…

Et, si c’est le moment de semer melons et pastèques, nous nous sentons plus proches des choux (saison 2022/2023 en terre) que de la chaleur estivale. Certes, le moment d’offrir nos épaules au soleil ne tardera pas, nos bébés courgettes seront plantés et c’est avec délice que nous croquons les premiers légumes primeurs, mais nous remarquons que, si l’année dernière nous étions à 1 semaine de croquer dans les carottes, nous en sommes plutôt à 1 mois cette année… Bref, elles se suivent mais ne se ressemblent pas.

Alors c’est en écharpe et anorak que nous récoltons les quelques branches de rhubarbe et la ciboulette qui aime nos hivers doux, avant d’enlever nos couches d’oignon pour cueillir les épinards.

Le repiquage est l’activité sympa de cette période… et peut-être qu’il y a des moments où nos plants ne mériteraient pas autant d’attention de ma part. Mais chutttt…

Belle semaine à tous !

La gazette du 04 au 08 avril 2022

mardi 5 avril 2022

ciboulette mars SARL Renard, maraîcher bio, 78Passer du débardeur à la doudoune en 3 jours est aussi violent pour nous que pour nos légumes (qui, eux, n’ont qu’au mieux un petit voile pour les protéger)…

C’est donc en urgence que nous avons couvert les salades (oui, oui, les premières qui viennent d’être plantées en plein champ car la serre sera trop chaude pour elles…), une partie des pommes de terre puisque leur feuillage se hisse hors des buttes (et que nous avons omis quelques portes à quelques serres), et décidons de prier pour les fraisiers sous le tunnel (ils n’avaient pas aimé le  -6°C de fin mars 2021). Heureusement tout se passe dans notre serre à plants pour le moment et, après avoir éliminé les guêpes venues faire leur nid dans le moteur de notre chaudière, elle est à nouveau hors-gel pour nos tomates.

Moralité, les fraisiers à planter sont encore au frigo, attendant plus de raison de la Nature. Peut-être que la rhubarbe devra repartir du début (bon, nous avons tout de même prélevé les plus grandes tiges) et que nous nous trouverons plein de p’tits boulots sympas dans les serres, fermées aux quatre vents pour préserver la chaleur (dire que je passais pas loin d’une heure à ouvrir et fermer toutes les serres depuis 15 jours !!!). Épinards et radis occuperont notre quotidien. Et si les semis de bette, céleri rave, céleri branche, chou rave n’émergent pas encore, la saison du repiquage ne tardera plus.

Et nouvelle très importante : les pommes de terre 2022 sont intégralement plantées sans un grinchichouilli du Grand Chef (je crois qu’il se fait une raison en vieillissant de constater que sa passion n’est pas communicative et que l’approche d’avril sans une pomme de terre en son sol ne nous stresse pas plus que ça…).

Donc, si les navets primeurs seront sur nos étals la semaine prochaine, la saison reste timide. Le -4°C annoncé me fait revoir mes rêves de prune à la baisse avec l’envie de m’enrouler autour d’un feu de cheminée plutôt que de tracer les sillons pour semer le plant de choux parce que, oui, il est déjà l’heure de penser à l’hiver prochain alors que le printemps prend encore les couleurs du dernier…

Belle semaine à tous !