Le panier du 14 avril 2022

10 avril 2022

L’entre-deux commence et nous oscillons entre hiver et printemps, entre envie de soupe et de crudités.

Pour le moment, les crudités restent discrètes dans le champ et même du retard sur les carottes (les vilaines limaces !).

Alors oscillons et réjouissons-nous de ce que nous offre cette période…

 

0,5 kg oignons

1 kg pommes de terre fermes

1,2 kg poireaux

0,5 kg topinambours

0,5 kg épinards

1 coulis

1 navet bottes

1 radis botte

1 salade

La gazette du 04 au 08 avril 2022

5 avril 2022

ciboulette mars SARL Renard, maraîcher bio, 78Passer du débardeur à la doudoune en 3 jours est aussi violent pour nous que pour nos légumes (qui, eux, n’ont qu’au mieux un petit voile pour les protéger)…

C’est donc en urgence que nous avons couvert les salades (oui, oui, les premières qui viennent d’être plantées en plein champ car la serre sera trop chaude pour elles…), une partie des pommes de terre puisque leur feuillage se hisse hors des buttes (et que nous avons omis quelques portes à quelques serres), et décidons de prier pour les fraisiers sous le tunnel (ils n’avaient pas aimé le  -6°C de fin mars 2021). Heureusement tout se passe dans notre serre à plants pour le moment et, après avoir éliminé les guêpes venues faire leur nid dans le moteur de notre chaudière, elle est à nouveau hors-gel pour nos tomates.

Moralité, les fraisiers à planter sont encore au frigo, attendant plus de raison de la Nature. Peut-être que la rhubarbe devra repartir du début (bon, nous avons tout de même prélevé les plus grandes tiges) et que nous nous trouverons plein de p’tits boulots sympas dans les serres, fermées aux quatre vents pour préserver la chaleur (dire que je passais pas loin d’une heure à ouvrir et fermer toutes les serres depuis 15 jours !!!). Épinards et radis occuperont notre quotidien. Et si les semis de bette, céleri rave, céleri branche, chou rave n’émergent pas encore, la saison du repiquage ne tardera plus.

Et nouvelle très importante : les pommes de terre 2022 sont intégralement plantées sans un grinchichouilli du Grand Chef (je crois qu’il se fait une raison en vieillissant de constater que sa passion n’est pas communicative et que l’approche d’avril sans une pomme de terre en son sol ne nous stresse pas plus que ça…).

Donc, si les navets primeurs seront sur nos étals la semaine prochaine, la saison reste timide. Le -4°C annoncé me fait revoir mes rêves de prune à la baisse avec l’envie de m’enrouler autour d’un feu de cheminée plutôt que de tracer les sillons pour semer le plant de choux parce que, oui, il est déjà l’heure de penser à l’hiver prochain alors que le printemps prend encore les couleurs du dernier…

Belle semaine à tous !

Le panier du 07 avril 2022

4 avril 2022

Les choux kale et Bruxelles sont finis. Cette semaine, nous bouclons le vert (qui est bien blanc avec l’épluchage, nous l’accordons !) et peut-être du rouge plus tard… Nous le savons, vous n’en pouvez plus du chou et on nous demande déjà à quand les premières tomates…

Mais, comme vous le constatez, si les hivers sont plus doux avec le réchauffement, les épisodes de températures négatives empêchent de se hâter sous peine d’avoir de la casse au printemps…

Alors, en attendant d’avoir dans les assiettes l’été qui rime aussi avec vacances, c’est une fin d’hiver agrémentée de printemps qui sera dans vos assiettes…

 

1,2 kg poireaux

1 kg pommes de terre fermes

0,5 kg carottes

0,4 kg épinards

0,5 kg oignons jaunes

1 chou

1 céleri rave

1 herbe

1 radis botte

Le panier du 31 mars 2022

29 mars 2022

 

Pas très en avance et du radis dans les paniers…

Et, même si vous n’aimez pas trop le navet, c’est la prochaine nouveauté qui pointe…

 

2 kg pommes de terre tendres

1 kg poireaux

0,2 kg chou kale

0,3 kg chicorée

0,5 kg épinards

1 coulis

1 pain de sucre

1 ciboulette

1 radis botte

Le panier du 24 mars 2022

20 mars 2022

Le coup de feu des choux fleurs, c’est maintenant, mais pas assez pour tous les paniers (les aléas de la nature qui décide ce qu’elle veut !), mais il y avait tout de même les fenouils la semaine dernière… Encore des épinards. Un coulis pour changer un peu (et pousser les poireaux de côté pour cette semaine).

Pour info, il faudra attendre mai pour les carottes, le peu qui reste n’est guère appétant… et nous espérons les radis pour la semaine prochaine (ou celle d’après parce que nous ne sommes que les humbles serviteurs d’un grand tout ! et parce qu’il faut bien trouver des excuses…).

1 kg pommes de terre tendres

1 kg oignons

0,4 kg épinards

0,2 kg pissenlits

1 chou fleur

1 coulis

1 part de chou rouge

1 persil

La gazette du 21 au 25 mars 2022

20 mars 2022

trieuse à pdt chez SARL Renard, maraîcher bio, 78Nous revenons à nos habitudes (encore que, cette année, elles semblent se faire bousculer) et à notre planning. Enfin presque, déjà parce que la gouttière qui fuyait a créé une infiltration dans la serre où nous voulions planter le persil. Donc changement de programme, sans oublier les emplacements (précieux) pour nos tomates… Nous marions betterave et persil, glissons dans leur lit nuptial quelques herbes qui trainaient. Les bébés tétragones qui sont partis pour coloniser les radis sont délicatement prélevés (à coups de pelle) d’une partie de leur population pour notre prochaine saison. Et Olivier qui revient avec son histoire de gouttière qu’il a réparée mais en pire car, en la remettant dans son axe, cela donne encore plus d’eau dans la serre (la pluie nous permet de constater l’intelligence de nos idées) et, qu’en plus, il se pourrait qu’il ait accroché un tuyau avec la herse… Bref, un petit geyser vit dans notre serre. La bonne nouvelle est que, avec un persil déplacé, son utilité pour nos jeunes plants est repoussée et permet à nos cerveaux d’envisager la meilleure solution à long terme. Et d’entrevoir la solution avec une tranchée qui donnerait directement sur le fossé. Bref, affaire à suivre…

Il y a aussi l’atelier installation de la trieuse. Après avoir refait le treillage à coup de ficelles, il a été convenu d’utiliser le bout tout neuf que nous n’avions pas pris le temps d’adapter. Mais, vous vous en douterez, après deux années à prendre la poussière, le moteur n’a pas survécu au (re)démarrage. La première idée était un fusible puisqu’elle s’arrêtait toutes les 30 s. Une fois modifiée, elle s’arrêtait toutes les 2 min. . Soit un gain de temps multiplié par 4. Donc petite toile de jute pour amortir les patates, nouveau bobinage pour son moteur, changement de la trappe pour remplir les caisses et nous avons tout pour bichonner la prunelle des yeux du Grand Chef.

Et Carlos. Nous ne pouvons pas l’ignorer. A peine ses petits petons posés sur le sol des champs, il en faisait le tour, cherchant où il pourrait être utile sans forcer sur son petit sternum. Il a donc changé filtre à huile et autres bricoles, continuant sur les courgettes à semer. Bref, pas encore en mesure de jouer à Musclor, mais trépignant d’impatience devant son arbre de Noël…

Bref, tout va bien…

Le panier du 17 mars 2022

15 mars 2022

Fenouil, pissenlit et herbes pour annoncer le printemps… le reste n’est que l’hiver qui s’accroche. Encore que nous pourrions instaurer une semaine détox à base de feuilles (plutôt amères) pour éliminer toutes les vilaines toxines de l’hiver. Mais, ne vous inquiétez pas, le chou rode au coin, même si sa fin n’est pas si loin. Reste à savoir si du sexy viendra le remplacer ou si le combo pomme de terre/poireau comblera les trous…

 

0,4 kg échalotes

0,7 kg poireaux

1 kg pommes de terre fermes

0,5 kg topinambours

0,2 kg pissenlit

0,4 kg épinards

1 céleri rave

1 fenouil botte

1 herbe

Le panier du 10 mars 2022

6 mars 2022

 

Il semblerait que l’overdose de chou vous menace… Nous nous en doutions et, si les épinards arrivent pour tous, d’autres nouveautés ne sont pas au programme.

Alors patience car, pour le moment, les radis ne font qu’1 cm de haut et la prochaine variante sera le chou fleur… mais une fleur au bout séduira toujours plus que son absence, dans quelque temps.

 

1 kg pommes de terre fermes

0,7 kg poireaux

0,8 kg carottes

0,4 kg épinards

0,4 kg chicorée

0,2 kg mâche ou 1fenouil botte

1 part chou blanc

1 radis noir

1 navet

La gazette du 07 au 11 mars 2022

6 mars 2022

MLComme nous étions trop bien, que le printemps semble rouler, même si les bettes rechignent à pousser, parce qu’en comparant sur les dernières années, nous constatons une avance notable des légumes feuilles. Bref, malgré Carlos à l’hôpital, les cultures étaient sous contrôle et notre temps géré…

Mais mercredi matin, alors que je traversais au passage piétons (chose que je fais rarement à cet endroit de Maisons-Laffitte), une voiture m’a bousculée et sa roue s’est immobilisée sur mon pied. J’ai eu le droit aux pompiers, aux Urgences, à une radio, à un scanner, à appeler Laure, mon père, le p’tit jeune qui était seul sur le stand du marché… et j’ai RIEN. Enfin juste un pied enflé et des bleus, ainsi que le droit de faire ma Princesse Agonisante quelques jours. Peut-être la baguette magique qu’une petite fille avait abandonnée sur un banc près des Urgences…

Bref, l’Univers a conspiré dans la frayeur sans gravité. Pour nous désorganiser encore une fois mais, avouons, nous maîtrisons l’adaptation aux aléas extérieurs. Et, clairement, nous avons une équipe de tueurs-qui-déchirent dans les champs ! La seule chose du planning qui n’a pas été réalisée est le repiquage des fleurs.

Et la semaine n’était pas partie sous de bons augures : les gouttes commençaient à tomber quand nous mettions le premier petit pois en terre quand notre fenêtre de semis n’était que d’une journée. Donc petits pois et fèves : semés dehors. Tomate : repiquée. Navet, fenouil, chou rave : semés en cube. Chou pointu, fenouil, chou rave : plantés en serre. Cette semaine, il y aura une montagne d’épinards à cueillir ; bettes, betteraves et persil à planter ; des radis roses à semer. Et surtout un petit atelier rangement/organisation de bâches car, si elles murmurent à l’oreille de Carlos, Olivier n’entend rien et ce n’est pas en mouillant son doigt pour voir le sens du vent qu’il les trouve… Donc atelier pliage avec élaboration d’un code pour le genre de bâche avec initiale du légume, le nombre de trous sur la largeur et sa longueur en mètre pour savoir dans quelle serre l’utiliser. C’est sûr, il aurait été plus facile de faire toutes les serres aux mêmes dimensions… mais, pour cela, il aurait fallu y penser il y a 30 ans. Comme quoi, ce n’était pas toujours mieux avant… parce que s’ils avaient réfléchi… enfin, j’dis ça, j’dis rien…

 

Belle semaine à tous !

Le panier du 03 mars 2022

27 février 2022

Et un petit nouveau : les épinards ! Tôt en saison… mais il semble que le temps plaise à certains et moins à d’autres.

Bref, on verra bien ce que nous réserve ce printemps…

 

 

1 kg pommes de terre tendres

1 kg oignons jaunes

1 kg carottes

0,7 kg poireaux

0,4 kg épinards

0,3 kg mâche

1 chou vert

1 pain de sucre