Archives pour 2017

La gazette de Céline du 14 au 18 août 2017

lundi 14 août 2017

Quand Août se déguise en Novembre….

novembre en août chez SARL Renard, maraîcher bio, 78Nous voulions de l’eau et nous avons un beau mois de Novembre. Nous n’avons pas encore remis les parkas (adieu bronzage !) parce que le thermomètre nous dit que ce n’est pas encore le moment, mais nous rêvons de feu de cheminée, de soupe bien chaude (peut-être à force de désherber choux et poireaux ?!) et d’un bon livre…

C’est une mini-hibernation avant la folie de la rentrée, un moment de repos parce que nous le savons, dans 1 semaine, nous ne laisserons plus traîner un haricot, ni une tomate et écumerons le carré de céleri rave à la recherche des plus gros, sans oublier les poireaux (notre mer imaginaire) que nous arracherons à la terre… Nous avons fait une petite beauté aux futurs concombres (qui nous chuchotent qu’ils aimeraient bien une p’tite laine avec leurs copines les courgettes…)

Bref, nous sommes un peu sur le pied de guerre. Les radis se sèment toutes les semaines, les herbes sont en place pour cet hiver, les dernières carottes presque hors du paquet pour de jolies bottes hivernales… et l’Ancêtre a même repris du poil de la bête et nous lui laissons la ciboulette, parce qu’après avoir eu tout un été avec des bottes de carottes made in Super Carlos, vous aurez un peu l’impression d’être au régime sec…

Merveilleuse semaine !

Le panier du 17 août 2017

lundi 14 août 2017

 

1 kilo de  tomates
2 aubergines
1 herbe
1 kilo de fenouil
0.5 kilo de carottes
0.6 kilo de  tétragones
1 kilo de pommes de terre nouvelles

Le panier du 10 août 2017

mardi 8 août 2017

1 kilo de  tomates
2 aubergines
1 concombre
1 kilo de fenouils
0.7 kilo de  courgettes
1 bette
1 herbe

La gazette de Céline du 07/08/2017 au 11/08/2017

mardi 8 août 2017

Cette année, nous avons eu bien des tribulations au niveau du personnel. Alors pour compléter l’équipe, nous avons pris des binômes de p’tits jeunes qui voulaient se faire des p’tits sous. Notre expérience nous a prouvé qu’un p’tit jeune, reste un p’tit jeune et qu’il n’y a pas que ses parents qui sont… enfin vous savez ! Donc nous ne les embauchons que 4 heures le matin, pour qu’ils se remettent l’après-midi (mais il semblerait que les nuits soient bien occupées…)
Ah ! Ils sont mignons, ces poussins… mais voilà, nous, nous n’avons pas encore la patience. Nous, c’est : si tu as mal, force. Si tu as soif, tu n’avais qu’à prendre ta bouteille d’eau. Si tu as mal au dos, ça ira mieux ce soir dans ton canapé.
Mais un p’tit jeune, c’est un peu comme un chiot. C’est pataud… C’est plein de bonne volonté (tout ça parce que leurs vilains parents ne les subventionnent pas assez !), c’est chouchou, mais ça n’avance pas et quand vous les entendez, ce n’est pas parce qu’ils ont bientôt fini leurs rangs… Non, non, non ! C’est parce qu’ils sont en pause en dehors de la serre… sauf que cela fait 1h30 qu’ils ont commencé. Il y a aussi les batailles que vous interrompez au milieu des tomates, les consignes à répéter et le téléphone quand la terre est trop basse (nous non plus, nous ne comprenons pas le rapport, mais c’est un fait, quand il y a désherbage, soit les fesses sont au sol, soit le téléphone à l’oreille)…
Au départ, nous avions pensez à de p’tits boulots faciles en autonomie pour qu’ils soient peinards, c’est-à-dire cueillir et tailler les tomates, mais comme un enfant a besoin d’être cadré, c’est punition avec les grands…
Moralité, 16 ans est moins bien que 17 et cela commence à être pas mal à 19… et si vous écoutez le Grand Chef, il vous racontera qu’eux, à 16 ans, c’était chargement des petites bottes de paille ou foin à la fourche toute la journée… mais n’oublions pas que pour la génération de l’Ancêtre, c’était pieds nus dans la neige pendant des kilomètres pour aller à l’école… Ah! Qu’est-ce que c’est beau le progrès !

Merveilleuse semaine !

Le panier du 03/08/2017

mardi 1 août 2017

1 kilo de pommes de terre  nouvelles
2 kilo de tomates
2 aubergines
0.4 kilo d’ oignons
1 botte de carottes ou 1 bette
1 herbe

La gazette du 31/07/2017 au 04/08/2017

mardi 1 août 2017

Certains étés semblent ne jamais finir. Le ciel s’étire dans le vent, le soleil éclaire les secondes et la pluie chante jusqu’au petit jour. Les heures traînent parce qu’elles ne veulent pas rentrer. Le cri des enfants nous rappelle que l’école se fait buissonnière. Les aventures des autres ont l’odeur du large. L’évasion est toute proche, au bout des doigts. A bout de moto pour certaine. Des imprévus, des douceurs ensoleillées, des cailloux dans les chaussures.

L’herbe nous sourit, taquine. Bons joueurs, nous sortons la binette. La tomate nous charme en prenant sa plus belle robe rouge. Les glaïeuls fleurissent quand tout le monde prend la clef des champs. Mais nous, nous en fichons, l’été est là avec ses lots de glace, ses vacances qui nous murmurent ses aventures, ses envies de plus tard. Il reste une musique douce, des soirs de lassitude, de petites réussites, de jolis arcs-en-ciel. Il reste des tonnes de choses à faire et toutes celles qui n’ont pas été faites. Il y a le nouveau carré de carottes, les interrogations sur trop ou pas assez d’eau, l’absence de courgettes et les haricots qui, de rares, risquent de déborder pour le 15 Août. Nous tirerons notre copine la binette, accompagnée de la sarclette et précédée par la bineuse. Nos mains porteront la marque de la terre, nos sourires, celle du travail accompli.

Un été particulier, pas tout à fait comme les autres mais qui rejoindra nos souvenirs. Un été où nous allongeons le pas et le bras, où nous abusons de l’huile de coude. Un été où nous nous échappons pour mieux revenir pour y semer nos petits plaisirs… et d’autres graines.

Merveilleuse semaine !

Le panier du 27/07/2017

lundi 24 juillet 2017

1 kilo de pommes de terre nouvelles
1 kilo de  tomates
2 aubergines
0.4 kilo de  tétragone
1 herbe
2 courgettes
1 chou vert
1 betterave

La gazette du 24/07/2017

lundi 24 juillet 2017

Nous attendons la pluie et de petits nuages gris s’accumulent au-dessus de nos têtes. Mais point de pluie…

Par conséquent, nos légumes réclament toujours à boire, mais sont moins généreux. Forcément le temps maussade ne les incite pas à l’opulence.

Donc après avoir eu des haricots plein de fils parce qu’il n’était pas possible d’arroser les salades, les potirons, les choux et les poireaux avec les haricots et avouons-le, notre dos a choisi nos priorités… ben oui, nous préférons privilégier l’automne surtout avec les 2 pommes qui se baladent parmi nos 100 pommiers…

L’avantage avec la baisse des températures est un climat agréable en serre. L’inconvénient est que nous ne voulons pas quitter la serre et nous regardons, de loin, l’herbe conquérir les carottes… parce qu’elle, même sans eau, elle prolifère !

Au final, nous planterons la pain de sucre, les dernières courgettes, taillerons les tomates (c’est étrange, cette année, nous avons l’impression de ne faire que ça !) et irons arracher l’herbe avec notre parka…

A croire que Carlos a emmené notre soleil dans ses valises…

Merveilleuse semaine !

Le panier du 20/07/2017

samedi 22 juillet 2017

1 kilo de  pommes de terre nouvelles
0.3 kilo d’échalotes
1 kilo de tomates
1 aubergine
0.4 kilo de  tétragones
0.3 kilo de  haricots beurre
1 basilic

Le panier du 13/07/2017

samedi 22 juillet 2017

1 kilo de pommes de terre nouvelles

1 oignon botte

1 herbe

0.5 kilo de tomates

1 courgette

0.3 kilo de  haricots beurre ou 1 carotte botte

1 aubergine ou 0.4 kilo de tomates

1 salade