Archives pour la catégorie ‘Dans les champs – la gazette de Céline’

La gazette du 18 au 22 novembre 2019

lundi 18 novembre 2019

céline au persil chez SARL Renard, producteur de légumes bio, yvelinesVous l’aurez deviné, nous étions sous l’eau. Pas tout à fait noyés, l’urgent a été notre credo ces deux dernières semaines. Carlos reprend doucement en attendant de savoir ce que « ne pas forcer » veut dire pour un cardiologue. Donc pas de charges lourdes, pas de contrariétés. Ce qui est un casse-tête pour notre métier. Une petite réorganisation s’imposait et les heures se remplissaient à vitesse grand V… Donc nous bouclons ce qu’il y a à rentrer pour être au point aux premières grosses gelées. Mais il y a quelques plantations (salades, mâches et choux pointus) qui attendent encore patiemment. Et Nelson a chopé une angine, rien de grave mais entre le jour férié, le handicap de Carlos, les absences de Nelson, le weekend du Grand Chef, cela donnait un peu le tournis pour tout faire avec presque la moitié des effectifs. Tout n’est pas fait. Le lapin blanc tourne encore autour de nous en chantonnant que nous sommes en retard, en retard, en retard… Nous agitons nos bras, soufflons beaucoup, râlons un peu, allons dans un sens, puis dans un autre, sortons la tête de l’eau deux secondes pour être efficients et non efficaces, et repartons…

Bref, plus que 5 semaines avant nos vacances et nous sommes bien contents d’avoir pris les 15 jours et non 10 comme nous le faisons souvent !

Merveilleuse semaine !

la gazette du 4 au 8 novembre 2019

lundi 4 novembre 2019

ciel mauve chez SARL Renard, producteur de légumes bio, 78Une semaine de soucis. Pourtant c’est la période de l’année où nous savourons la baisse de travail. Et bien non ! Notre ligne téléphonique a ouvert le bal. Bouygues a décidé de faire une OPA sur notre compte… ?! Constatant qu’il n’y avait plus moyen de se connecter, nous appelons notre opérateur qui nous indique que Bouygues était en train de mettre la main sur nos forfaits.

  • Ah… parce que vous ne changez pas… ?
  • Bah non…
  • Alors vous avez bien fait d’appeler parce qu’un peu plus, même les portables aurait été coupés…

Ah ! Ah ! La bonne blague… donc quand on vous dit qu’il faut impérativement envoyer une lettre de résiliation, il semblerait que non… Donc 10 jours que le manège dure. Orange nous a donc souvent au téléphone et notre mauvais esprit les soupçonne d’aller prendre un café quand il nous mette en attente pour faire genre nous-bossons-très-dur-pour-résoudre-votre-problème…

C’était la première contrariété.

La deuxième est plus pénible. Super Carlos a senti une brûlure à la jambe mercredi soir. Un poids sur la poitrine jeudi matin. Donc direction urgence. Ils l’ont gardé. Il s’ennuie ferme. Une malformation cardiaque de naissance a été détectée. Les analyses sont normales. Il attend pour un test d’effort. Et la brûlure pourrait être un caillot qui aurait pu être une embolie pulmonaire. Bref Super Carlos perd de sa superbe et prend son mal en patience…

Au final, cela a suffi pour pourrir notre belle humeur et il ne reste plus que l’atelier de découpe de citrouilles pour nous redonner le sourire…

 

Merveilleuse semaine !

La gazette du 28 octobre au 1er novembre 2019

lundi 28 octobre 2019

groupe SARL Renard, producteurs de légumes bio, 78L’heure a avancé. La nuit gagne un peu plus chaque jour et nous savons qu’il est temps de ranger les tuyaux d’arrosage. Il est temps de laisser couler 2019. Encore deux mois, et pourtant, nous la savons finie pour nous. Déjà, nous nous tournons vers 2020. Pour l’instant, aucune espérance, juste une mise en place. Savoir où seront les pdt nouvelles, le reste de la mâche et de la salade. Penser au semis de carottes. Et revenir à cette année : vidanger les enrouleurs, broyer l’herbe, prévoir l’enchaînement des rentrées. Céleris raves et radis noirs avant le 11 novembre. Mais les choux blancs ? Avant ou après ? Sans oublier le chou rouge qui ne commence qu’à pommer (ce saloupiaux !), non parce que, quand même, il y en a 800 dans le champ et maintenant qu’ils ont été binés et arrosés tout l’été, il serait de bon ton qu’ils nous donnent un petit quelque chose…

En attendant qu’ils se décident à être mignons ou pas, nous cherchons nos pas dans les brouillards matinaux, nous réfugiant auprès des épinards. Petits et pas trop mignons pour une partie, ils occupent nos après-midis. Petites pousses à déguster en salade, c’est une à une que nous les rangeons tout en pensant à ce qui nous prendra beaucoup, mais alors vraiment beaucoup moins de temps…

 

Merveilleuse semaine !

La gazette du 21 au 25 octobre 2019

lundi 21 octobre 2019

Carlos et les récoltes, SARL Renard, maraîcher bio, 78La mauvaise saison, celle où le soleil se cache de nous, celle où la nuit vole notre volonté, celle où les pulls s’accumulent sur nos corps, s’avance à nous. La chicorée devient pourpre. La pain de sucre perd ses épaisseurs vertes pour devenir blanche. Il est temps d’enlever les tomates pour y mettre la mâche. Et l’oïdium saupoudre nos courgettes. Nous regardons les pissenlits dont les feuilles ont maintenant percées les buttes et avons bien envie de commencer à les récolter (et à ce moment-là, vous avez la voix du Grand Chef (qui n’est pas toujours sourd) qui s’élève en rappelant que non, ils sont encore trop durs…). Les endives aussi sont bonnes à faire. C’était une idée de Mai. Une idée un peu folle. Une envie de fraises. Une très forte, parce que la première levée n’a pas survécu, donc nous avons insisté et resemé… maintenant, la question est de savoir si nous faisons ça bien : en silo en serre froide, sur les tablettes en serre chaude ? Ou à l’arrache, en plein champ avec des buttes. Question existentielle…

Au final, nous attendrons un peu pour y répondre. Les carottes pressent si nous ne voulons pas n’avoir que des massues… parce qu’elles n’ont aucune pitié pour les camarades mortes sous la chaleur. Elles ont pris TOUTE la place. Epicétou…
Merveilleuse semaine !

La gazette du 14 au 18 octobre 2019

lundi 14 octobre 2019

courge chez SARL Renard, producteur de légumes bio, 78Nous nous habituions bien à nos petits légumes d’été qui gardaient un rendement acceptable et tout à coup… la réalité se rappelle à nous. Les tomates se font plus frileuses et les courgettes se parent de blanc. Et peut-être aussi, vos envies de poireau nous montrent le chemin. Les choux fleurs entrent dans la danse et nous laissent les admirer avant que nous croulions sous eux… mais des jeux de lancer en perspective…. Bien que les garçons aient commencé en rentrant les courges, avec quelques déceptions : pas de Little jack, peu de Sweet dumpling et le potiron de Hongrie (réputé pour sa conservation) montre déjà des tâches qui nous susurrent qu’il finira sur nos pieds… donc, reste potimarron, butternut et courge musquée. La sucrine est déjà bien partie parce qu’elle nous montrait dès le départ qu’elle voulait être fourbe et pourrir dans nos caisses en bois…

Et en balle plus petites, ils ont continué avec la betterave. Naturellement, il reste nos carottes monstrueuses, enfin qui le seront.

Et entre temps, il y a les choux pointus à repiquer. Je sais, certains n’ont pas encore mangé leur première soupe que je parle déjà d’Avril 2020… heureusement, quelques bribes d’été s’accrochent pour nous ancrer dans le présent.

Merveilleuse semaine !

La gazette du 7 au 11 octobre 2019

lundi 7 octobre 2019


Entre une absence sur toute la semaine, les patates qu’il fallait ABSOLUMENT finir et les impératifs à l’école, c’est épuisé mais contents d’avoir tout bouclé que nous avons fini notre travail dans les champs !
Une nouvelle aventure s’ouvre : rentrer les courges. Et surtout désherber le persil en serre. Parce que pour le moment, il ne nous manque pas mais très vite, avec la nuit qui reprend toute la place, il poussera beaucoup moins vite. Donc anticipons ! Et passons quelques heures à ses pieds à lui rendre sa lumière.
Et comme nous en sommes à préparer l’hiver, il y a aussi les pissenlits à broyer et butter pour qu’ils grandissent à l’abri de toute lumière, gardant la blancheur de son cœur intacte.
Naturellement, le ciel a fini par chouiner un peu sur nous. Pendant les haricots… et nous espérons presque un coup de gelé assez fort pour les faire disparaitre. Mais bien au chaud dans notre combinaison verte plastique, il était presque agréable d’entendre la pluie toquer sur le rebord de nos capuches pendant que nos mains cherchaient les haricots au milieu de l’herbe (parce que oui, elle nous a un peu envahi ces dernières semaines…)
Bref, nous oscillons entre éclaircies et nuages, entre rêve d’abondance et de cheminée rougeoyante et commençons à compter les jours qui nous séparent de la fin de l’année…
Merveilleuse semaine !

La gazette du 30 septembre au 4 octobre 2019

mardi 1 octobre 2019

dernières minutes d'arrachage de pdt chez SARL renard, maraicher bio, 78C’est avec une grande joie que nous crions : victoiiirrrreeeee !!!!! les patates sont finies !!!!! (enfin pour cette année)

Hier soir à 20h15, la dernière du champ regagnait ses copines dans les palox. Et nous, nos maisons à la nuit tombée… La pluie menaçait. Le Grand Chef menaçait. La machine menaçait. Parce qu’il doit pleuvoir toute la semaine (sauf hier). Parce qu’en 1974, ils n’avaient pas pu arracher à cause du temps (vous connaissez le concept du pieds nus dans la neige, et bien, cela fait 15 jours qu’on l’entend !). Parce qu’elle a cassée et recassée et fait des bruits bizarres. Il y a eu des absences, donc des changements de planning. Des négociations, donc des heures à rallonge. Mais c’est finiiii !!!! (enfin pour cette année)

Maintenant, nous pouvons passer à notre semaine normale. Combler le retard (comme ici par exemple) et passer entre les gouttes, bien que pour le moment, nous ne risquons pas de fondre. Planter les salades pour cet hiver. Couper les premiers choux verts. Sentir le fenouil à 3km parce que leur odeur aura imprégné nos mains. Et penser à récolter les courges, et les betteraves, et… ouais… une étape à la fois, histoire de profiter de ce qui est accompli derrière nous.

Merveilleuse semaine !

La gazette du 23 au 27 septembre 2019

lundi 23 septembre 2019

Carlos et Olivier, SARL Renard, maraîcher bio, ile de france, 78Une saison de patates sans une panne au mauvais moment et qui vous bloque tout un après-midi, n’est pas une vrai saison… donc, nous n’y avons pas coupé. La sagesse voulait qu’uniquement le lundi soit consacré à nos pépites dorées. Mais la météo annonçant pluie et déraison, nous a incité à serrer le planning pour faire un jeudi après-midi patate, quitte à allonger (beaucoup) le pas derrière pour tout boucler.

La bonne nouvelle est que nous avons (à peu près) tout fait (en finissant tard). La mauvaise est que  3 rangs d’arrachés, et une après-midi avec 4 hommes sous la machine à réparer la casse…

Bref, nous avons couru. Beaucoup couru. Pour boucler la semaine. Que nous ne sommes pas plus avancés et que cette semaine prend le même profil, avec le ciel qui est censé pleurer en plus…

Donc une semaine encore ultra chargée. L’envie de voir les semaines défilées d’ici Noël. Profiter un peu des brocolis qui (pour le moment) ne sont pas vilains, et passer quelques heures auprès de la mâche qui nous susurre quelques mélodies automnales…

Merveilleuse semaine !

la gazette du 16 au 20 septembre 2019

lundi 16 septembre 2019

Aujourd’hui, nous embrayons sur le mode « patate ». A l’aube (j’exagère à peine), la machine est sortie, nettoyée, graissée, bref chouchoutée pour sortir nos petites patates de terre. Ensuite, le Grand Chef tremble d’excitation. Parce que sa retraite le rend plus cool, mais n’exagérons pas… nous attendions depuis 3 semaines les signes d’impatience, mais rien. Sauf depuis mercredi dernier où dans les 3 premiers mots qu’il sort en croisant Carlos, il y a « patate »…

Donc nous sommes prêts. Les garçons commencent. Les filles continuent à partir de 16h30 et si tout se passe bien, la dernière sera hors sol dans 15 jours…

Et entre temps, vite, vite, il faudra tout faire. Cueillir tomates, courgettes, haricots, épinards et tout le reste. Chacun ses p’tits boulots. Et parfois aux sons qui s’échappent, nous constatons 3 têtes d’hommes qui dépassent de la verdure, occupés à botteler les oignons tout en papotant comme une bande de copines devant le thé…

Merveilleuse semaine !

Aujourd’hui, nous embrayons sur le mode « patate ». A l’aube (j’exagère à peine), la machine est sortie, nettoyée, graissée, bref chouchoutée pour sortir nos petites patates de terre. Ensuite, le Grand Chef tremble d’excitation. Parce que sa retraite le rend plus cool, mais n’exagérons pas… nous attendions depuis 3 semaines les signes d’impatience, mais rien. Sauf depuis mercredi dernier où dans les 3 premiers mots qu’il sort en croisant Carlos, il y a « patate »…

Donc nous sommes prêts. Les garçons commencent. Les filles continuent à partir de 16h30 et si tout se passe bien, la dernière sera hors sol dans 15 jours…

Et entre temps, vite, vite, il faudra tout faire. Cueillir tomates, courgettes, haricots, épinards et tout le reste. Chacun ses p’tits boulots. Et parfois aux sons qui s’échappent, nous constatons 3 têtes d’hommes qui dépassent de la verdure, occupés à botteler les oignons tout en papotant comme une bande de copines devant le thé…

Merveilleuse semaine !

La gazette du 9 au 13 septembre

mardi 10 septembre 2019

Carlos et Olivier, chez SARL Renard, maraîcher bio, YvelinesNous avons repris nos manteaux pour travailler, et parfois les bottes pour éviter les pieds mouillés par la rosée. Les températures baissent doucement la nuit pour nous faire comprendre qu’une nouvelle saison arrive. Timidement, nous avions mis quelques poireaux sur nos étalages, et ils ont disparu rapidement, nous montrant envie de plats chauds.

Et il est vrai que le soleil éclatant a accéléré la course à la maturité des courges. Même les courges musquées, plus longues en culture, sont à point… bientôt, nous penserons à les rentrer. Encore que présentement, nous nous penchons sur les pommes de terre à rentrer. Le temps est venu de les sortir de terre. De constater si, oui ou non, l’arrosage leur a été bénéfique. Et de grandement nous occuper. Cette période où il y a tant à faire en préparation et où il faut aussi commencer le stockage est toujours assez compliquée. Nous aimerions rajouter des heures aux journées et de la clarté aux nuits.

Encore qu’avec ces nuits plus longues, beaucoup de légumes prennent leur temps et nous laissent souffler.

Donc aujourd’hui peut-être… ou alors demain.

Merveilleuse semaine !