Archives pour la catégorie ‘Dans les champs – la gazette de Céline’

La gazette de Céline du 14 au 18 août 2017

lundi 14 août 2017

Quand Août se déguise en Novembre….

novembre en août chez SARL Renard, maraîcher bio, 78Nous voulions de l’eau et nous avons un beau mois de Novembre. Nous n’avons pas encore remis les parkas (adieu bronzage !) parce que le thermomètre nous dit que ce n’est pas encore le moment, mais nous rêvons de feu de cheminée, de soupe bien chaude (peut-être à force de désherber choux et poireaux ?!) et d’un bon livre…

C’est une mini-hibernation avant la folie de la rentrée, un moment de repos parce que nous le savons, dans 1 semaine, nous ne laisserons plus traîner un haricot, ni une tomate et écumerons le carré de céleri rave à la recherche des plus gros, sans oublier les poireaux (notre mer imaginaire) que nous arracherons à la terre… Nous avons fait une petite beauté aux futurs concombres (qui nous chuchotent qu’ils aimeraient bien une p’tite laine avec leurs copines les courgettes…)

Bref, nous sommes un peu sur le pied de guerre. Les radis se sèment toutes les semaines, les herbes sont en place pour cet hiver, les dernières carottes presque hors du paquet pour de jolies bottes hivernales… et l’Ancêtre a même repris du poil de la bête et nous lui laissons la ciboulette, parce qu’après avoir eu tout un été avec des bottes de carottes made in Super Carlos, vous aurez un peu l’impression d’être au régime sec…

Merveilleuse semaine !

La gazette de Céline du 07/08/2017 au 11/08/2017

mardi 8 août 2017

Cette année, nous avons eu bien des tribulations au niveau du personnel. Alors pour compléter l’équipe, nous avons pris des binômes de p’tits jeunes qui voulaient se faire des p’tits sous. Notre expérience nous a prouvé qu’un p’tit jeune, reste un p’tit jeune et qu’il n’y a pas que ses parents qui sont… enfin vous savez ! Donc nous ne les embauchons que 4 heures le matin, pour qu’ils se remettent l’après-midi (mais il semblerait que les nuits soient bien occupées…)
Ah ! Ils sont mignons, ces poussins… mais voilà, nous, nous n’avons pas encore la patience. Nous, c’est : si tu as mal, force. Si tu as soif, tu n’avais qu’à prendre ta bouteille d’eau. Si tu as mal au dos, ça ira mieux ce soir dans ton canapé.
Mais un p’tit jeune, c’est un peu comme un chiot. C’est pataud… C’est plein de bonne volonté (tout ça parce que leurs vilains parents ne les subventionnent pas assez !), c’est chouchou, mais ça n’avance pas et quand vous les entendez, ce n’est pas parce qu’ils ont bientôt fini leurs rangs… Non, non, non ! C’est parce qu’ils sont en pause en dehors de la serre… sauf que cela fait 1h30 qu’ils ont commencé. Il y a aussi les batailles que vous interrompez au milieu des tomates, les consignes à répéter et le téléphone quand la terre est trop basse (nous non plus, nous ne comprenons pas le rapport, mais c’est un fait, quand il y a désherbage, soit les fesses sont au sol, soit le téléphone à l’oreille)…
Au départ, nous avions pensez à de p’tits boulots faciles en autonomie pour qu’ils soient peinards, c’est-à-dire cueillir et tailler les tomates, mais comme un enfant a besoin d’être cadré, c’est punition avec les grands…
Moralité, 16 ans est moins bien que 17 et cela commence à être pas mal à 19… et si vous écoutez le Grand Chef, il vous racontera qu’eux, à 16 ans, c’était chargement des petites bottes de paille ou foin à la fourche toute la journée… mais n’oublions pas que pour la génération de l’Ancêtre, c’était pieds nus dans la neige pendant des kilomètres pour aller à l’école… Ah! Qu’est-ce que c’est beau le progrès !

Merveilleuse semaine !

La gazette du 31/07/2017 au 04/08/2017

mardi 1 août 2017

Certains étés semblent ne jamais finir. Le ciel s’étire dans le vent, le soleil éclaire les secondes et la pluie chante jusqu’au petit jour. Les heures traînent parce qu’elles ne veulent pas rentrer. Le cri des enfants nous rappelle que l’école se fait buissonnière. Les aventures des autres ont l’odeur du large. L’évasion est toute proche, au bout des doigts. A bout de moto pour certaine. Des imprévus, des douceurs ensoleillées, des cailloux dans les chaussures.

L’herbe nous sourit, taquine. Bons joueurs, nous sortons la binette. La tomate nous charme en prenant sa plus belle robe rouge. Les glaïeuls fleurissent quand tout le monde prend la clef des champs. Mais nous, nous en fichons, l’été est là avec ses lots de glace, ses vacances qui nous murmurent ses aventures, ses envies de plus tard. Il reste une musique douce, des soirs de lassitude, de petites réussites, de jolis arcs-en-ciel. Il reste des tonnes de choses à faire et toutes celles qui n’ont pas été faites. Il y a le nouveau carré de carottes, les interrogations sur trop ou pas assez d’eau, l’absence de courgettes et les haricots qui, de rares, risquent de déborder pour le 15 Août. Nous tirerons notre copine la binette, accompagnée de la sarclette et précédée par la bineuse. Nos mains porteront la marque de la terre, nos sourires, celle du travail accompli.

Un été particulier, pas tout à fait comme les autres mais qui rejoindra nos souvenirs. Un été où nous allongeons le pas et le bras, où nous abusons de l’huile de coude. Un été où nous nous échappons pour mieux revenir pour y semer nos petits plaisirs… et d’autres graines.

Merveilleuse semaine !

La gazette du 24/07/2017

lundi 24 juillet 2017

Nous attendons la pluie et de petits nuages gris s’accumulent au-dessus de nos têtes. Mais point de pluie…

Par conséquent, nos légumes réclament toujours à boire, mais sont moins généreux. Forcément le temps maussade ne les incite pas à l’opulence.

Donc après avoir eu des haricots plein de fils parce qu’il n’était pas possible d’arroser les salades, les potirons, les choux et les poireaux avec les haricots et avouons-le, notre dos a choisi nos priorités… ben oui, nous préférons privilégier l’automne surtout avec les 2 pommes qui se baladent parmi nos 100 pommiers…

L’avantage avec la baisse des températures est un climat agréable en serre. L’inconvénient est que nous ne voulons pas quitter la serre et nous regardons, de loin, l’herbe conquérir les carottes… parce qu’elle, même sans eau, elle prolifère !

Au final, nous planterons la pain de sucre, les dernières courgettes, taillerons les tomates (c’est étrange, cette année, nous avons l’impression de ne faire que ça !) et irons arracher l’herbe avec notre parka…

A croire que Carlos a emmené notre soleil dans ses valises…

Merveilleuse semaine !

La gazette du 4/07/2017

mardi 4 juillet 2017

Semaine 27: pagaille d’herbe, de boulot et de sherpas…

Alberto Da Silva Pereira - Maraicher bio Saint Rémy L'Honoré Yvelines 78Dernière ligne droite pour Alberto. Nouveau plan B (bien que cette année, il semblerait que nous sommes déjà au plan E).

Parce qu’il y a du désherbage en pagaille. Les choux (qui vont être notre calvaire cette année), les poivrons, les betteraves, les vivaces, les oignons et les dalhias. Ce sont nos petites friandises, nos excuses à bronzer et nos délires de mauvaise humeur.

Heureusement, nous avons Bastien (mesdames, il y a moyen de se rincer l’œil s’il décide de faire tomber le haut…), Léo et Charles, jumeaux de 17 ans et Lucas pour nous aider en plus.

Bref, il y a du travail, beaucoup de travail, des imprévus parce que le Grand Chef adore nous voir ramper dans la boue et du soleil.

jeu de tracteur chez SARL Renard, maraîcher bio, 78Et comme certains p’tits boulots attendaient une accalmie, je vais en profiter pour agrandir mon carré de fleurs, replanter de la rhubarbe et convaincre notre Trop Mignon* (Antoine) de revenir parmi nous, même si Olivier a une âme de Trop Mignon* et que nous aimerions bien l’adopter aussi…

Donc des projets, pleins de projets et heureusement, Super Carlos ne le sait pas. Pour le moment, il profite d’avoir une armée à fouetter (mais doucement) et d’être en surnombre !

 

Merveilleuse semaine

 

* Trop Mignon : chez nous, pour être Trop Mignon, il faut s’excuser quand on vous pousse… Antoine, se voyant en passe d’être détrôné, nous a suggéré de mettre un coup de pelle à Olivier pour voir si vraiment il méritait sa place de Trop Mignon numéro 2… nous préférons attendre la fin de la saison pour explorer cette piste…

 

La gazette du 26/06/2017

mardi 27 juin 2017

tomate avant taille chez SARL Renard, maraîcher bio, 78Nous avons eu chaud. Nous avons eu soif. Nous avons éliminé nos toxines. Nos légumes aussi. Nous ne savions plus qui, des deux, avait le plus besoin d’eau…

Mais soyons honnête, c’était le pied, toutes ces heures en tête à tête avec le beau temps. Il y a eu des moments moins drôles, des inquiétudes sur l’impression du T-shirt sur notre peau et la perte de la gourde, des heures de travail matinal et des soleils qui n’en finissaient pas de se coucher avec des nuits incandescentes… mais surtout, des rires perdus dans les rayons, des arcs-en-ciel, des bretelles qui glissaient, du cache-cache parmi les tomates et l’odeur du basilic.

Cette semaine sera plus studieuse puisqu’un tapis vert cache nos choux et le ciel menace de rendre tout notre  champ couleur herbe tendre… La binette est notre meilleure copine, les minutes avant la pluie précieuses et notre huile de coude, tel un étendard, flotte autour de nous. Nos tomates seront notre refuge parce qu’il en reste tant à faire… et Alberto a choisi de partir maintenant pour des espaces moins grands. Bon gré, mal gré, les heures nous sembleront plus longues, un rythme nouveau sera à apprivoiser. Un mal pour un bien. Comme une chrysalide. Une nouvelle dynamique se dessinera. De nouvelles têtes. Un Trop Mignon à adopter. Cela ne sera pas simple, et pourtant, nous y arriverons.
Comment ?
En prenant ce petit chemin devant lequel nous passions si souvent… Appréhender, explorer et repousser nos limites.
Et surtout savourer.

Merveilleuse semaine

La gazette de Céline du 19 au 23 juin 2017

mardi 20 juin 2017

arrosage après plantation chou chez SARL Renard, maraîcher bio, 78En passant à côté des tomates, nous constatons qu’il y aurait grand besoin de s’y jeter pour les tailler. En longeant les céleris, nous remarquons l’herbe qui y prospère. En bottelant les oignons, nous nous battons avec les graminées qui ont poussé. En cueillant les fleurs, nous rêvons d’un grand truc frais (et humide) pour tout le champ. L’été semble s’être installé, et si je n’ai pas connu 1976, cette année en prend bien des airs en me rappelant les paroles de ma mère.

Au final, il nous faudra beaucoup d’huile de coude pour tout faire. Mais cette année a la saveur des réussites, sauf pour les concombres qui nous rappellent pourquoi nous les avions bannis quelques saisons. Le basilic pousse, les plants d’aubergine s’étoffent, les haricots étouffent et les tomates se colorent. Nous passons, repassons, écumons nos champs pour le plaisir. Les potirons sont beaux, les carottes un peu véreuses et nous admirons nos petits pois. L’eau coule de nos mains, la binette traîne et nous apprécions les dernières fraises qui se perdent dans leur feuillage.

Il reste une tonne de chose à faire, beaucoup, beaucoup d’imprévu, de jolies choses et de l’agacement. Mais cette année est belle. Pour encore longtemps ? Mystère, alors cueillons-la et si elle n’est pas notre graal, elle prend le chemin de la référence…

 

Merveilleuse semaine

La gazette de Céline du 12 au 17 juin 2017

mardi 13 juin 2017

Savez-vous planter les choux, à la mode, à la mode…

plant de choux, SARL Renard, légumes bio, 78Chaque année, nous nous organisons pour avoir les poireaux à planter en semaine 23 et les choux après. Sauf que chaque année, les deux arrivent la même semaine… Peu importe le temps, ils s’aiment, sans qu’on les sème ensemble…

Donc sans surprise, les poireaux sont prêts maintenant et Carlos, en levant le voile des choux qui les protège de la vilaine Altise, voit une armée de choux qui crie : « Et moi ! Et moi ! »

Bref, notre sort était joué. Il n’y avait plus qu’à arquer ! La bonne nouvelle est des choux magnifiques. La moins bonne est le prêt de notre machine l’année dernière et qui n’est plus réglée pour notre tracteur. Il y a eu quelques scalps de choux (et peut-être qu’en bouture cela reprend ?!), de la poussière magique et du soleil. Au final, tout est planté et l’eau a pu les détendre après une longue journée sous le soleil…

Il reste les poireaux et après, nous nous jetons sur les tomates pour avancer les tailles et surtout, surtout sur l’herbe qui nous fait un petit signe de la main en nous murmurant que très bientôt, nous ne rêverons plus que d’elle…

Merveilleuse semaine

La gazette de Céline du 5 au 10 juin 2016

mardi 6 juin 2017

 

tomate début juin chez SARL Renard, maraîcher bio, 78

Nos bébés tomates qui font au moins 4cms  de diamètre…

Les mauvaises herbes meurent sous le soleil… ça, c’est bon !

Passer à côté des dahlias, constater un tapis vert, passer à côté des dahlias après le passage de herse et ne voir plus qu’une petite ligne d’herbe.

Finir les épinards et n’en revoir qu’en Septembre…

Sentir le basilic dans la serre et voir qu’il est assez grand pour être en botte !

Barrer toutes les choses à faire de notre liste des champs…

Les fleurs aux haricots… et aussi des haricots ! Parce que nous nous ennuyons un peu…

la gazette de Céline du 29 mai au 3 juin 2017

mardi 30 mai 2017

terre nue avant semis chez SARL Renard, maraîcher bio, 78Le soleil écrasant a été notre meilleur ami cette semaine ! Nous avons pu établir notre stratégie de bronzage tout en plantant potirons, herbes, courgettes. Et à bien y réfléchir, les marques sur notre peau nous inquiètent plus que la déshydratation de notre gagne-pain… Heureusement, Super Carlos veille au grain et arrose à tour de bras !

Parce que les céleris ont soif, les oignons aussi, la salade pas mieux et les petits pois veulent leur part !

Bref, une gorgé pour nous, une gorgé pour nos légumes… C’est donc en jouant le rôle de la pluie salvatrice que nous surveillons les pigeons et nos petits pois, nos salades et les lapins, l’herbe et notre binette… parce que cette coquine profite de l’hydratation des légumes pour pousser en douce. La semaine dernière, nous avions des betteraves avec un peu d’herbe et cette semaine, nous envisageons de mettre le chénopode en bouquet pour rentabiliser toute la bonne eau qu’il a piqué aux betteraves !

Et pendant ce temps, il faut préparer pour les carottes de cet hiver, tailler les tomates (et oui, elles arriveront toujours vers le 20 Juin, cela n’a pas bougé…) et tailler les tomates, et tailler les tomates… encore qu’il en reste à planter, à ficeler et à tailler! Elles sont la prunelle de nos yeux et si pour le moment, nous leur faisons quelques infidélités en croquant fraises ou petits pois, elles restent les élus de nos cœurs…

Merveilleuse semaine