Archives pour la catégorie ‘Dans les champs – la gazette de Céline’

La gazette du 11 au 15 décembre 2017

lundi 11 décembre 2017

paysage hivernal chez SARL Renard, légumes bio 78Du vent à jouer au Magicien d’Oz, des légumes froids à faire tomber vos doigts et des minutes qui nous rapprochent de l’échappée belle… La semaine 50 de chaque année est un peu le moment où je touche le Graal. Mon efficacité est très, très réduite parce que j’ai juste envie de m’avachir dans un canapé ou de me traîner ailleurs que dans le champ… bref, vous l’aurez compris, c’est déjà le moment où je monte l’escalier des vacances.

Donc oui, il reste plein, plein de trucs à faire (et si nous nous ennuyons Carlos-le-Fourbe sort sa petite To Do List) mais mes mains ne veulent plus avoir froid et si j’ai bon espoir de nous voir finir de biner nos épinards pour Noël, l’idée de se planquer derrière le radiateur jusqu’au 23/12 me tente…

N’empêche, le fenouil est fini, la salade prend le même chemin, toutes les feuilles vertes stagnent en attendant que le jour bascule sur la nuit. Il faut encore tout couvrir, mais le vent se joue de nous pour l’instant. Et j’abandonne l’idée de désherber les vivaces avant quelques temps. Reste 30×140 cubes de mâches à planter pour nous occuper.

Et l’inventaire…

Et là, l’année sera bouclée…

 

Merveilleuse semaine !

La gazette du 04 au 08 décembre 2017

lundi 4 décembre 2017

flocon chez SARL Renard, maraîcher bio 78Sous les flocons de neige voltigeant au gré du vent, nous avons ratissé toutes les feuilles du champ : épinard, mâche, bette, persil, tétragone. Il reste encore quelques salades et ensuite il faudra attendre des jours plus longs, plus clairs aussi…

L’hiver tombe peu à peu sur le champ et nous lui offrons des couvertures pour mettre ce qui reste à l’abri. Nous cherchons la chaleur pour éplucher ce qui doit l’être. Nous rangeons, pensons à une optimisation de nos mouvements, imaginons nos corps étendus dans un canapé moelleux… Le silence étourdit le champ et nous rentrons les outils ou les tuyaux qui traînent. Les jours sont courts. Clément a fini sa saison et se prépare à parcourir l’Amérique du Sud en 2018. Nous sommes moins nombreux. Nous préparons 2018 et scrutons les prévisions météorologiques du calendrier bio-dynamique (qui semble de bon augure !). La nuit noie nos légumes et nous perd dès que l’église sonne 17h. Les hangars nous réservent encore quelques travaux et nous rêvons de repos. Nous envisageons d’éplucher les légumes dans les frigos pour avoir chaud. Les minutes s’égrainent et notre travail s’éparpille autour de nous. Quelques gouttes par-ci, quelques gouttes par-là, et le temps passe.

Savoir apprécier ces quelques semaines toutes douces qui pourraient être plus productives (parce qu’il y a toujours à faire) mais qui permettent d’imaginer la suite…

Merveilleuse semaine !

la gazette du 27 novembre au 1er décembre 2017.

lundi 27 novembre 2017

épinard sous serre, chez SARL Renard, maraîcher bio, 78Les moineaux se réfugient parmi les branches de laurier-tin et chantent  tellement fort que nous venons au concert. Même si au final, ils peuvent bien se disputer pour un petit bout de branche… Ils pépient si fort qu’il n’y a plus de place pour les autres bruits. Pourtant si vous restez quelques minutes à les écouter, le volume baisse jusqu’à ne laisser plus qu’un silence oppressant, faisant de vous un intrus. Partez, et le vacarme recommence…

Cela ne fait absolument pas avancer notre travail, mais le rend plus amusant… Parce que si Noël se rapproche (et de toutes ces choses merveilleuses que nous mettons dans notre boîte « à plus tard »), il n’en reste pas moins que 2018 n’a pas encore de planning… d’accord, pour le moment, elle est aussi dans notre jolie boîte…

Nous finissons de monter notre serre et de lui mettre une belle couverture pour être prête à recevoir les légumes du printemps. Nous finissons de désherber nos épinards où l’herbe gelée s’avachit sur les feuilles tendres. Nous finissons de planter les bulbes. Nous finissons de remplir nos tableaux pour analyser 2017. Et nous finissons par avoir des idées un peu folles.

Bref, nous préparons les fêtes, mettons la lumière pour mieux voir et faire scintiller l’obscurité (sauf quand il s’agit de cacher quelques tâches sur les vilains potimarrons). Parce que, avouons-le, les feuilles vertes ne veulent plus vraiment pousser, que nos doigts sont gourds et qu’il est temps de se reposer…

Merveilleuse semaine !

La gazette du 20 au 26 novembre 2017

lundi 20 novembre 2017

brouillard nov chez sarl renard, légumes bio, yvelines« Je suis une saison où le ciel vagabonde » sont les quelques paroles qui ont accompagné mes pas en me rendant à l’Institut (le bureau pour les initiés, parce qu’avant c’était l’Institut Technique de la Pomme de Terre…). Doucement, nous entrons dans un lundi de fin de saison. Tout doucement, nous apprécions la décroissance. Certes, il y a Super Carlos qui monte notre dernière serre pour nos futures Précieuses. Certes il reste encore beaucoup d’épinard à désherber et les vivaces apprécieraient une petite beauté. Les dahlias attendent d’être mis au chaud et quelques bulbes traînent encore dans leurs filets. Nous pourrons toujours nettoyer la serre à plants, rentrer des navets, finir d’arracher les carottes, trier les potimarrons qui s’abîment plus vite que nous les vendons. Et si vraiment,  nous nous ennuyons, il y a des étagères à ranger, des bords de serre à bêcher, des fourches à réparer…

Mais ce matin, nous traînons un peu. Il n’y a pas de café, juste les histoires du week-end, les projets des prochaines vacances, des inventaires de graines à faire pour que germe 2018. Nos gros pulls nous rappellent notre couette. Les nuages sont bas et n’attendent que l’après-midi pour nous pousser hors du champ. Nous essayons de voir si 2017 est si extraordinaire que ce que nous pensons et s’il sera exagéré de se faire la belle un peu plus longtemps à Noël, ou si nous pensons à vos petits corps qui seront en manque de verdure après toutes ces fêtes…

Et finalement, le travail quotidien reprend ses droits. Il n’est plus temps de rêver, les poireaux ont besoin de nos mains pour sortir de terre…

Merveilleuse semaine !

La gazette du 13 au 17 novembre

lundi 13 novembre 2017

 

lever de soleil chez SARL Renard, maraîcher bio, 78Et il y a eu -4°C une petite nuit. Les courgettes qui restaient nous ont dit adieu. Les dernières tomates ont émis leur avis de décès et nous avons attaqué la chicorée rouge… L’été a pris la porte. Nous avons fait l’inventaire de nos écharpes, trouvé que l’eau pour laver nos légumes était bien froide et glissé des semelles en laine de mouton au fond de nos bottes.

Mais le soleil a joué avec nous. Dès 16h, il se fait bas sur les arbres, laissant son éclat s’accrocher à nos mains, parant les épinards de dorure. Un petit moment suspendu où le travail n’existe plus.

Cette semaine, nous avançons la roue du temps : mise en pot des crocus pour Février, plantation de choux pour Avril, semis de carottes pour Mai…

Nous gardons le soleil pour nous réchauffer et mettons en place la suite pour rêver. La boue s’accroche à nos chaussures pour nous rappeler que nous ne sommes que des enfants devenus trop vieux… parce que comme me demandaient mes filles hier: « Dis, maman, c’était quoi tes rêves quand tu étais petite ? »

Merveilleuse semaine !

La gazette de Céline du 6 au 10 novembre 2017

lundi 6 novembre 2017

pas givré chez SARL Renard, maraîcher bio, 78Quand nous mettons un petit pied dehors, l’air pique les mains, le ciel est encore endormi et les légumes ont souvent une couche de givre. Il n’est plus question de cueillir une fleur, mais de savoir par où commencer. Un peu partout a priori… Les céleris doivent être au chaud avant le 11 Novembre, les choux blancs et rouges ne supportent pas moins de -5°C et la partie des radis noirs qui dépassent du sol supportent mal les gelées. Sans oublier les carottes qui sont déjà en grande partie rentrées. Et cette année, la Nature se montre généreuse (sauf pour les fruits et la conservation des courges !). Mais cela nous change de l’année dernière !

L’herbe commencent à disparaître, les heures creuses apparaissent et l’année prochaine se profile. Des idées en rentrant tous nos légumes. Des ajustements pour désherber moins. Des fous rires sur la façon de dresser nos légumes à sauter dans les caisses. Les changements de vie de chacun qui influenceront le paysage. De nouvelles rencontres pour élargir l’horizon. Des personnalités différentes pour nous pousser. De la curiosité, des envies de facilité et la vie qui nous rattrapera. Il y aura toujours les légumes pour nous unir, les points de vue différents pour nous fâcher et les difficultés pour nous rapprocher. Parfois l’envie de s’évader, d’entendre le bruit que cela fait de tout laisser tomber ou celle de voir l’océan nous cueillera au matin. Nous voudrons jeter nos légumes dans nos valises ou bien voir ceux qui ont le soleil collé à leur peau.

Et puis, nous toucherons notre terre, respirerons nos bébés, penserons qu’un ailleurs serait doux, laisserons nos mains arracher une herbe, étreindrons le travail, nous laisserons envahir, posséder (?). Ce doux poison nous prendra en traitre, victimes consentantes pour recommencer un pas de plus.

Merveilleuse semaine !

La gazette du 30 octobre au 3 novembre 2017

mercredi 1 novembre 2017

Semaine 44: le vent de la liberté souffle… du moins, nous y croyons!

soir fin d’hiver Sarl Renard, maraîcher, 78Mine de rien, Novembre arrive en se trémoussant plein de lumière et… quelques gelées ! Nous nous demandions si l’année finirait par finir, eh bien oui ! Encore quelques pas et nous nous faisons la quille. Encore quelques milliers de caisses de carottes à remplir, des centaines de kilos de choux blancs et rouges, tels des boules de Noël géantes, à rentrer. Une dizaine de milliers de céleris raves à décoiffer avant de les mettre au chaud. Des mètres et des mètres de radis noirs à sortir de terre et à ce moment, le vide… ou presque.

Nous avons le sourire accroché au soleil. Nous prenons le temps de le perdre. Nous regardons de loin tout ce qui est et qui ne sera pas aujourd’hui, demain peut-être… Ralentir est un luxe, et le corps le prend. Parce que cette année est dense (bah, parce qu’elle est loin d’être finie et peut nous réserver quelques surprises…), enthousiasmante, désespérante, à bout de bras et de limite, le temps file entre nos doigts alors que le travail s’y accroche et nous galopons… entraînant Olivier et Clément avec nous cette année. Peut-être la pire ? Peut-être la mieux ? Peut-être un tournant ? Peut-être une idée… qui fera son chemin et prendra vie pour nous pousser dans la boue, pour une nouvelle aventure au milieu des cultures !

Merveilleuse semaine !

La gazette du 23 au 27 octobre 2017

jeudi 26 octobre 2017

Semaine 43: fin de saison… enfin presque!
Les gouttes de nuit obscurcissent les journées, minute après minute. Le gel se fait attendre et l’herbe en profite alors qu’il n’est plus temps pour nous de l’enlever. Nous rentrons les carottes, plantons la mâche, enlevons les tomates et continuons à attendre le Père Noël… Il en reste toujours à faire. Beaucoup dans les champs et les papiers s’accumulent sur le bureau. Il est vrai que Laure est partie chercher le soleil pour ces deux prochaines semaines, ce qui fait un de moins pour arracher les poireaux, mais du soleil au moral… Une année très dense dont nous voyons le bout. Une très bonne année, abondante en culture et intense en travail. Une multitude de plants, aussi bien pour combler les trous de main d’œuvre que de culture, laisse peu de place pour le reste, mais nous reprenons la main, tout doucement. La nuit nous aide. Le champ est encore plein, mais nous travaillons à le désencombrer…

Merveilleuse semaine !

La gazette du 16 au 20 octobre 2017

lundi 16 octobre 2017

laure aux épinards chez SARL Renard, maraîcher bio, 78C’est en T-shirt que nous cueillons les derniers haricots. Il y a tout ce que le soleil nous apporte encore à cette époque de l’année et aussi tout ce qu’il faut faire pour être opérationnel cet hiver. Inutile de dire que nous ne sommes pas en avance. Entre cueillir les dernières fleurs et nettoyer les serres, les journées n’ont pas assez d’heures. La salade patiente dans la serre, la mâche reste en pile et les bulbes trépignent dans les cartons pendant que l’herbe grignote nos épinards tous mignons. Naïvement, nous imaginions souffler à partir de maintenant, mais c’est une BONNE année. Alors le soleil fait du rab’ et nous donne un peu plus de tomates, un peu plus de haricots, une autre tournée d’aubergines et encore de l’herbe. Notre binette n’est pas encore dans le placard et rejouons l’été. Nous, nous rêvons aux heures creuses, aux petits matins frileux, au futur Super-Carlos Junior (oui ! oui ! vous avez bien lu, un p’tit gars pour fin février. Il n’y a pas que dans les champs que nous multiplions)

Bref, envie de lancer les carottes au fond du frigo, de claquer la porte (du frigo) et de se mettre sur répondeur quelques jours avant de se récupérer notre retard, parce que tout de même, il ne va pas faire beau jusqu’à Noël, non ?!

Merveilleuse semaine !

La gazette du 9 au 13 octobre

lundi 9 octobre 2017

coucher de soleil chez SARL Renard, maraîcher bio, 78Le ciel s’amuse de nous. Quand il est bleu, nous prenons vite un coup de chaud à ramasser les betteraves. Quand il est gris, nous gardons nos imperméables à portée de mains pour cueillir les haricots. Quand il est bousculé par le vent, nous remettons une p’tite laine pour finir de cueillir les fleurs. Quand il nous éblouit, nous allons même jusqu’à faire tomber le pull pour couper la salade.

Bref, nous pourrions presque croire que nous passons le nez en l’air à scruter cette immensité mystérieuse, mais non, nos mains sont trop occupées à rentrer tout ce qu’elles peuvent. Les potirons sont au chaud, les betteraves en trouvent le chemin, Novembre arrive et nous pensons aux céleris raves, puis les choux blancs et rouges, les radis noirs et enfin les carottes… De nombreuses heures accroupies près de nos légumes s’annoncent et comme Dame Nature ne s’est pas encore montrée frileuse, nous avons la joie de continuer à cueillir quelques haricots… Mais soyons honnêtes, nous commençons à fatiguer du rythme et que tout ce bonheur d’un coup, ben… nous sommes fragiles quand même… donc un petit -3°C pour geler la mauvaise herbe (et les haricots, et les dahlias), nous permettrait d’admirer le ciel…

Merveilleuse semaine !